Pelé, la légende du football brésilien, a annoncé vendredi qu'il n'allumerait pas la vasque olympique dans le stade Maracana pour l'ouverture des Jeux de Rio-2016, en raison de douleurs à la hanche. "En ce moment, je n'ai pas la condition physique pour participer à l'ouverture des Jeux", a déclaré le "roi", âgé de 75 ans, dans un communiqué diffusé par la presse brésilienne à quelques heures du coup d'envoi de l'évènement sportif planétaire. "Dans ma vie, j'ai enduré des fractures, des opérations, des douleurs, des hospitalisations, des victoires, des défaites, toujours dans le respect de ceux qui m'admirent. La responsabilité de prendre des décisions me revient et j'ai toujours cherché à ne décevoir ni ma famille, ni le peuple brésilien", a ajouté le triple champion du monde.

Le suspense sur la participation ou non de Pelé aura ainsi duré jusqu'à la dernière minute: mercredi, il disait devoir d'abord consulter ses sponsors et, jeudi soir, son porte-parole José Fornos Rodriguez, dit "Pepito", avait indiqué qu'il avait reçu l'autorisation mais souffrait de la hanche. "Il a été libéré de ses engagements par la société américaine Legends 10, avec qui il a signé un contrat de représentation au début des années 2010 pour 30 ans. Ce n'est plus le problème", avait dit Pepito. "La question maintenant, c'est la douleur musculaire qui affecte sa mobilité. Il s'est fait examiner par un médecin. Mais il ne sait toujours pas s'il pourra allumer la vasque. Il fait tout son possible", avait-il précisé.

Pelé cumule depuis quelques années les pépins de santé et se déplace actuellement difficilement, appuyé sur une canne.

Le "roi" avait été "invité personnellement" par le président du Comité olympique brésilien, Carlos Arthur Nuzman, et celui du Comité international olympique Thomas Bach pour allumer la vasque.

Auteur de 1.281 buts en 1.363 matchs (77 en 91 sélections avec l'équipe du Brésil), Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, est le seul joueur de l'histoire du foot à avoir remporté trois fois la Coupe du monde (1958, 1962, 1970) et est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps.

Il a été nommé parmi les meilleurs athlètes du XXe siècle par le CIO en 1999 et a été désigné footballeur du XXe siècle un an plus tard par la Fifa.

En cas de défection de Pelé, l'honneur reviendra-t-il à l'ancien tennisman Gustavo Kuerten? Le triple vainqueur de Roland-Garros et ex-N.1 mondial est le préféré des internautes brésiliens, loin devant Pelé et Neymar, selon un sondage réalisé fin juin par le site Globoesporte.com.


Rousseff "triste" de ne pas être à la cérémonie d'ouverture

La présidente du Brésil Dilma Rousseff, actuellement suspendue, a dit se sentir "triste" de ne pas participer à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Rio vendredi. "Je suis triste de ne pas assister à la fête en vrai et en direct. Mais j'accompagnerai (l'événement), en encourageant le Brésil", a écrit la dirigeante de gauche sur son compte Twitter, quelques heures avant l'inauguration des premiers JO en Amérique du Sud dans le mythique stade de Maracana.

Dilma Rousseff, suspendue le temps que se termine son procès en destitution examiné par le Parlement, a annoncé la semaine dernière qu'elle ne participerait pas à la cérémonie des JO, refusant "d'être au second plan".

Le président par intérim Michel Temer, son ancien vice-président désormais devenu ennemi, sera celui chargé de déclarer ouverts les Jeux Olympique lors d'un discours express pour éviter les huées dans le stade, dans un climat politique très chahuté dans le pays. Au moins trois manifestations contre lui sont prévues vendredi.

"Imagine que tu vas organiser une fête, tu y travailles pendant de nombreuses années, tu prépares les conditions, l'illumination, tu appelles la presse. Et le jour de la fête quelqu'un arrive, prend ta place, s'approprie cette fête et te dit: +Tu peux venir, mais tu ne peux pas entrer dans le salon principal+", s'était indignée la semaine dernière Mme Rousseff dans un entretien au journal chilien La Tercera.

Dilma Rouseff accuse Michel Temer de l'avoir trahie et de fomenter un coup d'Etat parlementaire contre elle. Si elle est finalement destituée fin août par les sénateurs, comme le prévoit la majorité des analystes, c'est lui qui occupera la présidence jusqu'à la fin de son mandat, le 31 décembre 2018.

"Je ne crois pas qu'il soit approprié que la présidente écartée assiste à une cérémonie dont le maître est un président illégitime. Dans cette histoire des Jeux, moi je suis Cendrillon, on l'invite à la fête mais elle doit partir avant", a estimé Mme Rousseff.

L'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, mentor politique de Rousseff et principal artisan de la candidature de Rio aux JO, a lui aussi rejeté l'invitation pour assister à la cérémonie, sans donner de raison explicite.