C'est ce qui est ressorti vendredi lors de l'assemblée générale virtuelle du Comité international olympique (CIO). Pour les Jeux d'Hiver de 2022, qui ont été acquis par Pékin, la candidature était encore de 35 millions de dollars (30,64 millions d'euros). Cette baisse spectaculaire, qui a été confirmée par des audits indépendants, est due à la nouvelle stratégie du CIO, l'Agenda olympique 2020, qui vise à maintenir le processus de candidature aussi peu coûteux que possible. Pour les Jeux de 2026, Milan et Cortina d'Ampezzo en Italie ont été préférées à Stockholm, la capitale de la Suède. Pour 2022, Pékin avait devancé Almaty, au Kazakhstan.

"Avec l'Agenda olympique 2020, nous voulons adopter une approche plus flexible pour aider les parties intéressées à aligner l'organisation des Jeux sur leurs ambitions à long terme", a expliqué le président du CIO, Thomas Bach. "Les projets seront rendus moins chers et plus accessibles, ce qui a démontré la procédure d'appel d'offres pour 2026. Nous avons reçu beaucoup plus de candidatures pour ces Jeux."

Le CIO veut également rendre les Jeux moins chers. Par exemple, les éventuels Jeux simplifiés de l'année prochaine à Tokyo pourraient également avoir un impact sur les futures éditions.