La piscine olympique de Pékin a vécu hier des instants magiques, des moments d'anthologie, sous l'impulsion d'un extraterrestre de la natation. Michael Phelps, parti à la conquête de huit médailles d'or lors de ces Jeux chinois, a récolté ses quatrième et cinquième sacres ce mercredi. Il s'inscrit désormais seul en tête du panthéon des athlètes, fort de ses onze breloques dorées. Outre les performances herculéennes du prodige américain, le "Cube d'eau" enregistre chaque jour son nouveau lot de record.

Le "maître au Cube"

Avant Pékin, l'athlète finlandais Paavo Nurmi, la gymnaste soviétique Larysa Latynina, le nageur américain Mark Spitz et son compatriote sprinteur Carl Lewis trônaient sur le Mont Olympe. Leurs neuf médailles d'or glanées aux Jeux en faisaient les dieux du sport. Désormais, ces légendes voient s'ériger devant elles un être supérieur. Tel Zeus, Michael Phelps s'est imposé au sommet du panthéon grâce à son insatiable besoin de pulvériser les "chronos".

Dans la nuit, le roi incontesté des bassins avait déjà franchi un cap en s'offrant un nouveau titre olympique sur sa distance de prédilection, le 200 m papillon, abaissant au passage son propre record du monde. Une heure plus tard, il contribuait au succès du relais américain du 4x200 m nage libre. Le palmarès de Phelps compte désormais 11 ors olympiques mais la quête de l'homme-poisson ne s'arrête pas là.

Souverain dans la piscine olympique, il avait annoncé avant les Jeux son intention de s'attaquer au record de Mark Spitz, vainqueur de sept épreuves de natation lors d'une même olympiade à Munich en 1972. Désormais, il ne manque plus que trois titres à Michael Phelps pour établir une nouvelle référence. Les courses qu'il doit encore disputer (200 m 4 nages, 100 m papillon et relais 4x100 m 4 nages) lui permettent d'entretenir les espoirs les plus fous.

Les exploits de Michael Phelps ont failli éclipser une matinée exceptionnelle, émaillée de pas moins de six records du monde. Le "Cube" aura d'ailleurs connu son lot de nouvelles références dans un sport en constante évolution.

L'apparition de nouvelles combinaisons a encore favorisé l'optimisation des performances. Dans les bassins, les nageurs améliorent les chronos à tour de bras, gagnant parfois jusqu'à quatre secondes en quatre ans. D'ici à la fin de ces Jeux, le monde aquatique n'a pas fini de trembler. On s'attend encore à de nombreuses secousses.

© La Libre Belgique 2008