L’Anversois signe un superbe parcours en -73 kg. Quoi qu’il arrive face à l’Ouzbek Turaev, Dirk est de retour dans la course à la qualification olympique...

Enfin une excellente nouvelle pour le judo belge ! Après les éliminations précoces de Jorre Verstraeten, Anne-Sophie Jura et Charline Van Snick, jeudi, ainsi que celles de Sami Chouchi et Roxane Taeymans, ce vendredi, Dirk Van Tichelt a redonné des couleurs à notre blason en signant un superbe parcours à Abou Dhabi.

Engagé en -73 kg, l’Anversois de 35 ans s’est offert trois magnifiques victoires, toutes par ippon, face au Polonais Bartusik, à l’Estonien Pertelson et au Kosovar Gjakova (n°7 mondial…), pour se retrouver en quarts de finale.

Opposé, alors, au Turc Ciloglu, 21 ans et n°17, mais aussi récent médaillé de bronze à Tachkent, Dirk n’a pu contrôler la fougue de son jeune adversaire qui l’a envoyé par deux fois au sol en 2’19. Renvoyé aux repêchages, Van Tichelt retrouvait une vieille connaissance en la personne du Hongrois Szabo (battu par l'Allemand Wandtke), qu’il avait rencontré et… battu en 2015, à Budapest. Déjà quatre ans !

Avec la perspective de disputer la finale pour le bronze, ce combat fut plus équilibré, mais Dirk Van Tichelt parvint à imposer sa garde et à tenter plusieurs attaques. Au contraire, le Hongrois fut pénalisé à deux reprises pour non-combativité, mais il résista jusqu’à la fin des quatre minutes réglementaires.

La victoire se joua finalement en prolongation et sur une pénalité infligée aux deux judokas, la première pour le Belge, mais la troisième (synonyme de défaite !) pour le Hongrois, dont le geste respectueux envers Dirk en disait long…

Quoi qu’il arrive désormais, Dirk Van Tichelt engrangera au minimum 360 points (le tarif d’une cinquième place…) dans la course à la qualification olympique, ce qui le verrait passer du 112e au… 54e rang ! L’opération reconquête est lancée pour notre médaillé de bronze olympique, victime d’une grave blessure au genou, dont il a été opéré en février. Après deux éliminations au premier tour à Tokyo (Mondial) et à Tachkent (Grand Prix), sa patience et son travail sont récompensés.

Seul l’Ouzbek Turaev, tombeur du n°1 mondial, le sépare encore d’un podium !

À suivre…