Après une escale à Kuala Lumpur (Malaisie) en 2006, la finale de la Coupe du monde de saut d'obstacles est de retour à Las Vegas où elle cohabitera à nouveau avec l'épreuve de dressage.

Véritable apothéose de la saison "indoor", le rendez-vous américain réunit depuis hier et jusqu'à dimanche le gratin mondial des deux disciplines. Et si en dressage le titre semble devoir se jouer entre l'Allemande Isabell Werth et la Néerlandaise Imke Schellekens-Bartels, l'indécision règne par contre en jumping où les prétendants à la victoire sont légion.

Toutefois, c'est à nouveau l'Allemagne qui partira favorite avec pas moins de huit prétendants à la victoire finale dont Marcus Ehning qui s'était imposé en Malaisie en 2006 avec Sandro Boy et qui fera tout pour reconduire son titre avec Gitania. Il devra toutefois composer avec la concurrence de ses compatriotes Meredith Michaels-Beerbaum (Shutterfly), la numéro 1 mondiale, ou encore Marco Kutscher (Cash), le champion d'Europe en titre !

Car si les cavaliers américains sont les plus nombreux au départ de la compétition (12 qualifiés !), ce sont bien les Allemands qui partiront avec les faveurs des pronostics, dimanche lors de la finale. Avant cela, les 42 compétiteurs devront passer sans encombre les deux manches qualificatives. La première (un parcours de chasse) se disputait la nuit dernière, la deuxième (un barème A, avec barrage) se disputera quant à elle cette nuit-ci. Les 25 meilleures combinaisons se retrouveront alors dimanche pour se disputer la véritable finale...

Côté belge, Judy-Ann Melchior (Grande Dame Z) et Patrick Mc Entee (Ever Mury Marais Z), qui avait été contraint à l'abandon en dernière minute l'an dernier, tenteront de passer les deux épreuves qualificatives avec succès. Il s'agit pour tous les deux de leur première apparition en finale de la Coupe du monde. Il faut d'ailleurs remonter à 2005 pour retrouver la présence simultanée de deux qualifiés belges : Ludo Philippaerts et Eric Flameng. Il faut encore remonter dix années plus loin pour retrouver la trace du dernier qualifié francophone : Philippe Le Jeune.