Fou de rage ! Et le mot est faible pour un colosse de plus de 2,00 m et de près de 150 kg…

Ce samedi, à Brest, Teddy Riner est sorti du tatami, fou de rage, après avoir perdu, aux pénalités, son combat face à Joseph Terhec, résultat qui a précipité la défaite du PSG (2-3 contre Sucy, club du Val-de-Marne) en quarts de finale des Championnats de France par équipes.

La rencontre entre le PSG et Sucy, vice-champion de France 2019, fut passionnante et surprenante, les deux équipes se retrouvant à égalité deux victoires partout au moment où Teddy Riner monta en scène face à Joseph Terhec, 25 ans, médaillé de bronze en mars, à Varsovie (European Open), avant l'arrêt des compétitions en raison de la crise sanitaire. Le combat était donc décisif, de quoi motiver l'instinct de compétiteur du multiple champion olympique et mondial, opposé à... l'un de ses partenaires d'entraînement !

Mais Teddy s’est laissé surprendre au jeu des pénalités alors que le marquoir affichait encore 1’10 de combat. Battus, Riner et le PSG ne pouvaient plus prétendre qu’à une médaille de bronze, bien entendu loin de l’objectif qu’il s’était fixé lors de cette compétition. Mais, dès sa sortie de l’enceinte brestoise, Teddy Riner est entré dans une énorme colère contre l’arbitrage français.

"Je suis choqué !" lança-t-il, énervé, devant les quelques micros et caméras de radios et de télés sur place. "Là, c'était ‘On va tuer le Paris Saint-Germain’. C’est dommage… Mais ils ont réussi !"

Des mots très forts qui n’ont pas manqué d’interpeller ses interlocuteurs.

Mais Teddy Riner a persisté, expliquant sa pensée : "Qu'est-ce qui s'est passé là ? Si ce n'est pas ça, c'est quoi ? Qu'est-ce que je vais leur dire aux jeunes ? Ils sont dégoûtés. Je suis le grand frère, de 31 ans, je dois montrer l'exemple. Je pose mon judo, j'essaie. Et c'est moi qui suis pénalisé ! Faut arrêter. Le premier shido (pénalité), pour tous les deux, il n’y a pas de problème. Après, c'est de l'injustice que je ressens. Excusez-moi, il y a une grosse erreur d'arbitrage qui coûte au PSG. Moi encore, ce n'est pas très grave. Ce sont les Championnats de France par équipes, je vais m'en remettre, mais les jeunes qui comptaient écrire une page de leur histoire, c'est raté. C’est dommage. Ça m'embête vraiment pour eux."

Huit mois après sa défaite, à Paris, face au Japonais Kageura, Teddy Riner a donc effectué un retour amer à la compétition. Exempté du premier tour contre Saint-Exupéry Haute Garonne (balayé 3-0 par les Parisiens), Riner est donc entré en lice en huitièmes de finale, contre Hauts-de-France. Et il s’est aisément imposé face à Ourouzmag Magkeyev pour fixer le score à 3-0 avant ce quart de finale, contre Sucy, dont il se souviendra.