Encore méconnue du grand public par rapport aux disciplines équestres traditionnelles, l'endurance mérite pourtant le même intérêt que le jumping, le dressage ou le concours complet, ne fût-ce que pour la grandeur des performances réalisées aujourd'hui par les «coursiers» et leurs cavaliers. Qui, en effet, peut encore rester insensible devant l'effort fourni par ces paires lancées dans des courses - très longues distances - de 160 km? «Il est loin le temps où l'on considérait l'endurance comme de la randonnée améliorée. Aujourd'hui, l'endurance est un sport de haut niveau à part entière», lance d'emblée Pierre Arnould, le sélectionneur national.

Les performances signées à Dubaï, le 27 janvier, lors des Championnats du monde de la discipline, sont - à ce sujet - des plus éloquentes. Les premiers ont parcouru les 160 km de désert à une moyenne de 22,6km/h. Les 140 premiers km ont ainsi été franchis à raison de 400m par minute alors que les 20 dernierskm l'ont quant à eux été à raison de 500m par minute! A ce rythme, peu de chevaux - même parfaitement entraînés - parviennent au terme de la course et restent, pour la plupart, bloqués lors des différents contrôles vétérinaires. Sur 180 coursiers, seuls 60 ont d'ailleurs passé la ligne d'arrivée aux Emirats Arabes Unis. La performance signée par notre équipe nationale n'en prend que plus de valeur.

Takhar et Kouros éliminés

Les cavaliers de Pierre Arnould se sont en effet brillamment installés dans le sillage de l'Italie et de l'Australie pour finalement s'adjuger une superbe médaille de bronze! «Nous visions une médaille à Dubaï et nous partons d'ailleurs toujours avec cette ambition depuis quelques années, poursuit le sélectionneur national. La satisfaction d'y être parvenu est malgré tout énorme car cette troisième place n'a pas été réalisée par hasard. Elle est en effet, au contraire, le résultat d'un travail de plusieurs années.»

La course ne s'est toutefois pas déroulée sans soucis pour nos cavaliers, qui ont enregistré les éliminations de Takhar, pour un défaut d'allure, puis celui de Kouros, pour une boiterie. Allel, Shannon, Orfeo (épreuve par équipe) et Fidji (épreuve individuelle) ont heureusement franchi la ligne d'arrivée avant de passer avec succès le dernier contrôle vétérinaire.

L'endurance a de l'avenir dans notre pays et espère devenir, à terme, une discipline olympique... Tout profit pour... la Belgique! Lundi, le ministre de l'Agriculture, Benoît Lutgen, n'a pas manqué de féliciter nos médaillés, à l'occasion d'une réception organisée en leur honneur dans les installations de l'Ecole d'élevage et d'équitation de Gesves.

La composition de l'équipe: Karin Boulanger (Lasne), avec Allel ; Léonard Liessens (Gesves), avec Orfeo des Iviers ; Jean-Louis Molitor (Yvoir), avec Fidji ; Jean-Louis Dechamps (Leernes), avec Kouros des Iviers ; Jacques Boulanger (Theux), avec Shannon ; Annie Mestre (Arlon), avec Takhar.

© Les Sports 2005