L'équipe belge de saut d'obstacles attendait ce moment depuis plusieurs semaines et peut désormais officialiser son retour en Super League après un an de purgatoire passé en "Nations Cup Series". La nouvelle a évidemment de quoi surprendre alors que la dernière épreuve européenne de la Coupe des nations se disputera ce vendredi à Athènes, sur le site des derniers Jeux olympiques...

Les calculs sont pourtant simples ! Installée en tête du classement général depuis sa deuxième place à Copenhague, début mai, la Lami-Cell Jumping Team a conservé son leadership lors des quinze épreuves suivantes et ne peut aujourd'hui plus être dépassée alors que la Coupe des nations de Buenos Aires (Argentine), programmée début novembre, se disputera avec un nombre réduit de participants.

"En cas de très bon résultat, les Danois auraient pu nous poser des problèmes mais ils n'ont pas effectué le déplacement en Grèce, explique Lucien Somers, le chef d'équipe belge. Les Italiens, troisièmes, ne peuvent quant à eux plus nous rattraper car il y a trop peu de points à gagner tant à Athènes qu'à Buenos Aires."

Une délégation belge s'est malgré tout déplacée en Grèce en cette fin de semaine afin d'essayer de clôturer en beauté une saison très régulière marquée par une victoire à Ypäjä (Finlande), et trois deuxièmes places à Copenhague, Lummen et Falsterbo (Suède). "L'équipe sera emmenée par Rudi Helsen, Guy Ooms, Bert Prouvé et Lieven Devos tandis que Koen De Waele sera le cavalier de réserve. Ils sont tous à Athènes depuis une semaine car ils participaient à une épreuve qui précédait ce concours quatre étoiles. Ils y ont d'ailleurs réalisé de bonnes performances comme en témoignent la 2e place de Rudi Helsen ainsi que la 7e place de Guy Ooms dans le Grand Prix. De bon augure pour la suite..."

La suite, justement, se conjuguera avec la Super League en 2007. La Belgique y remplacera l'Irlande et participera à nouveau aux prestigieuses épreuves de La Baule, Aix-la-Chapelle, Rome, Hickstead, Dublin, Lucerne, Rotterdam et Barcelone, aux côtés du gratin mondial du jumping. Tout bénéfice pour notre pays et nos cavaliers qui ne devront plus se multiplier aux quatre coins de l'Europe pour des épreuves souvent moins rémunératrices.

Mais, quel visage présentera l'équipe belge l'année prochaine ? La question mérite évidemment d'être posée alors que tous les cavaliers ne seront pas en mesure de s'aligner à l'étage supérieur où les parcours, particulièrement exigeants, se succèdent à une hauteur d'1 m 60.

Les meilleurs seront-ils enclins à quelques sacrifices collectifs ? Et à la Fédération, tout le monde insiste aussi sur l'importance du Championnat d'Europe...

© La Libre Belgique 2006