L'abandon de l'Empereur Kenenisa Bekele, moins d'un kilomètre avant l'arrivée, à bout de force, rongé de l'intérieur par la chaleur, peut-être aussi déstabilisé par une erreur dans le décompte des tours, restera comme l'image la plus stupéfiante de ces Championnats du monde kenyans, à Mombasa, qui n'en ont pas été avares. Au lendemain du sacre de l'Erythréen Zersenay Tadese, que Bekele avait réussi à décramponner en attaquant dans l'avant-dernier tour, l'Ethiopien a confirmé, dans un communiqué, la thèse de la défaillance pour expliquer sa sortie prématurée. "Pendant la course, j'ai commencé à avoir des problèmes à l'estomac mais cela ne m'a pas inquiété, a-t-il indiqué. Puis, tout d'un coup, j'ai perdu ma coordination et j'avais la tête qui tournait. J'ai même commencé à douter sur le nombre de tours qu'il me restait à faire. J'étais troublé et je sentais que mon énergie s'échappait. Je ralentissais et je perdais le contrôle de mon corps et de ma tête. Alors, j'ai décidé d'arrêter."

Convaincu d'avoir été victime, comme beaucoup d'autres concurrents, de la chaleur et de l'humidité (NdlR : 31° et 73 pc en fin de course ), Bekele ne remet pas son approche en question : "C'est une grande déception mais j'ai fait ce qu'il fallait. Avant la course, j'ai bu en quantité, rafraîchi mon corps avec de la glace et, pour le reste, j'ai fait les mêmes choses que d'habitude. Je dois accepter ce qui est arrivé, me reposer et tout recommencer pour la saison estivale..."

Parallèlement à la détresse de son fer de lance, c'est tout l'athlétisme éthiopien qui a mordu la poussière, samedi, puisque, pour la première fois depuis dix ans, la sélection revient sans médaille d'or individuelle (seniors et juniors). Elle ne rapporte d'ailleurs que deux médailles sur les douze distribuées, grâce à Dibaba (argent) et Melkamu (bronze) chez les femmes. Une désillusion qui contrastait avec les scènes de liesse dans la population kenyane : trois des quatre médailles d'or par équipes sont tombées dans le giron des coureurs des hauts plateaux, ainsi que huit des douze médailles individuelles. Sans compter la médaille d'or de Lornah Kiplagat, Kenyane naturalisée Néerlandaise en 2003.