La saison extérieure n'est désormais plus qu'un lointain souvenir pour les cavaliers qui se concentrent d'ores et déjà sur les grosses échéances hivernales. Parmi celles-ci, les épreuves de la Coupe du Monde sont sans conteste les plus importantes en terme de prestige. En jumping, la "Western European League" entamera la compétition ce week-end, en Norvège, à l'occasion du traditionnel CSI d'Oslo.

Les rendez-vous se succéderont ensuite à une cadence soutenue aux quatre coins de l'Europe. Après Oslo, les cavaliers se déplaceront successivement à Helsinki (Finlande), Vérone (Italie), Stuttgart (Allemagne), Genève (Suisse), Londres (Grande-Bretagne), Malines (Belgique), Leipzig (Allemagne), Amsterdam (Pays-Bas), Bordeaux (France), Vigo (Espagne), Göteborg (Suède) et 's-Hertogenbosch (Pays-Bas) avec l'espoir d'obtenir un ticket pour la grande finale mondiale.

Celle-ci retrouvera les Etats-Unis, à Las Vegas du 19 au 22 avril prochains et ce, après la réussite de la précédente édition à Kuala Lumpur, en Malaisie. Cette dernière avait vu la victoire de l'Allemand Marcus Ehning sur Sandro Boy et s'était malheureusement disputée sans la moindre combinaison belge à la suite de la blessure de Sherry du Mury Marais, le cheval de Patrick Mc Entee, notre meilleur représentant en 2005-2006.

Le cavalier de Péruwelz, qui a également manqué les Jeux équestres mondiaux d'Aix-la-Chapelle, espère à nouveau briller dans les épreuves de la Coupe du Monde. Il effectuera son entrée en lice à Vérone, à la mi-novembre. En attendant, la Belgique sera représentée par Ludo Philippaerts et la jeune Judy-Ann Melchior à Oslo.

"La Belgique a droit à un ou deux cavaliers selon les concours, déclare Eugène Mathy, le vice-président de la Fédération royale belge des sports équestres. Durant la première partie de la saison, nos élites reçoivent tous l'occasion de s'illustrer. Nous essayons de faire plaisir à tout le monde, aux cavaliers mais aussi aux organisateurs. A cet égard, il va de soi que Jos Lansink est actuellement le plus demandé."

Notre champion du monde ne participera pas aux treize épreuves qualificatives. Il sera une nouvelle fois présent à Malines, en fin d'année, pour un rendez-vous qui marquera un tournant important dans la saison. "Lors des six dernières épreuves, nous n'enverrons plus que les cavaliers qui possèdent encore une chance de se qualifier pour la finale", confirme Eugène Mathy qui se réjouit de la remontée de l'équipe belge en Super League.

Dimanche, en début d'après-midi, Ludo Philippaerts et Judy-Ann Melchior tenteront de prendre un bon départ dans cette Coupe du Monde et d'ainsi préserver leurs chances de qualification. Dans dix jours, ce sera au tour de la Coupe du monde de dressage d'effectuer ses débuts à Aarhus (Danemark), imiter, une semaine plus tard, par l'attelage, à Hannovre (Allemagne).

© La Libre Belgique 2006