Les athlètes belges qui ont porté lundi et mardi la flamme olympique, à l'invitation du Comité Olympique et interfédéral belge (COIB), au cours du relais qui s'est déroulé à Anvers et Bruxelles, ont été surpris et contrariés de recevoir une facture de 370 euros pour conserver l'exemplaire du flambeau qu'ils ont porté. L'ancien nageur Fred Deburghgraeve (médaillé d'or en 100m brasse aux JO d'Atlanta en 1996) et l'ancien judoka Harry Van Barneveld (médaillé de bronze en toutes catégories aux JO d'Atlanta en 1996) ont évoqué un manque de respect. «La plupart d'entre nous ont dû prendre un jour de congé pour pouvoir participer. En remerciement, je reçois une facture» a déclaré Deburghgraeve. Van Barneveld, qui est désormais agent de police, a renoncé à garder son flambeau.

Pour couper court à tout malentendu, le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) a tenu à réagir hier, décidant d'offrir ces flambeaux aux 35 athlètes belges qu'il avait invités. «L'action du Torch Relay est une action du Comité d'organisation des JO d'Athènes 2004 (Athoc). Athoc a pris la décision - en accord avec le CIO - de faire passer la flamme dans toutes les villes où s'étaient déroulés par le passé les Jeux Olympiques. A ces quelque 27 villes se sont rajoutées 7 villes à valeur symbolique comme Bruxelles en tant que capitale de l'Europe. En Belgique, grâce aux contacts avec l'ensemble des partenaires impliqués, nous avons pu offrir cette expérience extraordinaire à quelque 35 Olympiens (dont la plupart sont d'anciens médaillés) alors qu'au départ seul 2 porteurs nous étaient proposés! Nous ignorions que certains groupes de porteurs de flambeau se verraient offrir celui-ci en fin de parcours (...) Nous souhaitons qu'au bout du compte, l'on retienne tout de même l'objectif final de cette fantastique action: «Véhiculer à travers le monde un message d'humanité, de paix et de tolérance!»

© Les Sports 2004