Omnisports

Marieke Vervoort a décroché la médaille d'argent du 400 m (T52) des Jeux Paralympiques de Rio, samedi. C'est la première médaille belge des Jeux Paralympiques 2016.

La Canadienne Michelle Stilwell s'est imposée en 1:05.43 devant Marieke Vervoort (1:07.62) et l'Américaine Kerry Morgan (1:08.31).

Double médaillée il y a quatre ans à Londres (d'or sur 100m et d'argent sur 200m), Marieke Vervoort disputera encore le 100 m la semaine prochaine.

La native de Diest, qui souffre d'une maladie dégénérative incurable, mettra un terme à sa carrière à l'issue des Olympiades cariocas. "Je sens que mon corps n'en peut plus. J'adore être sur mon fauteuil, mais je perds souvent conscience pendant les entraînements en raison de la douleur. Mon corps me dit: arrête ça! ", expliquait-elle il y a quelques jours.

Marieke Vervoort attire l'attention du monde entier à Rio, notamment en raison de ses propos récents sur l'euthanasie. "Tout le monde sait que j'ai mis mes documents pour une euthanasie en ordre en 2008. Si je ne les avais pas eus, je me serais suicidé depuis longtemps", a-t-elle confié. "J'espère que mon cas prouve que l'euthanasie peut assurer la sérénité et même contribuer à prolonger la vie. Et j'espère que cela inspirera d'autres pays à introduire cette législation. J'ai déjà engagé les préparatifs, comme mon testament. Mais ce n'est pas encore concret. J'ai encore beaucoup de projets. J'aimerais publier un second bouquin et je rêve d'un musée 'Wielemie'", en référence à son surnom.


"C'est émouvant"

"C'est super, la première médaille pour la Belgique est dans la poche", a déclaré Marieke Vervoort. L'athlète en chaise roulante était très émue après la course. "Ce sont mes derniers Jeux Paralympiques. Je viens de terminer mon avant-dernière course au top-niveau."

"Tout s'est bien déroulé, je n'ai jamais dû faire de réglage. 1:07.62, c'est un très bon temps. D'autres médailles suivront, je pense à Peter Genyn. J'ai dû laisser filer Michelle Stilwell, elle était trop rapide. So what? En raison de ma maladie musculaire progressive, ma préparation a été perturbée tandis que mes adversaires ont souvent pu continuer à s'entraîner normalement."

Vervoort retrouvait Stilwell pour la première fois depuis 2013 lorsque aux Mondiaux de Lyon, la Canadienne l'avait percutée lui procurant une blessure à l'épaule. "À l'échauffement, Stilwell ne m'a rien dit. Après, elle m'a félicitée. Mais si j'avais eu l'or, cela se serait probablement passé différemment."

"Quand, sur le podium, j'ai entendu les Brésiliens commencer à applaudir, cela m'a fait du bien", a jouté Vervoort. "J'étais très émue. Ce sont mes derniers Jeux Paralympiques, j'ai disputé mon avant-dernière course au top niveau. 'C'est presque fini', ai-je pensé. Recevoir la médaille de la princesse Astrid était fantastique. Elle était très honorée de pouvoir remettre la première médaille belge à Rio."

L'attention des médias internationaux à l'égard de Vervoort est énorme étant donné sa position sur l'euthanasie. "Avec tous ces journalistes, je me sens célèbre. Ils se battent presque pour avoir une interview avec moi." 'Wielemie' est embêtée par les mauvaises informations qui ont circulé à son sujet. Voilà pourquoi une conférence de presse est prévue dimanche pour les médias internationaux. "Partout dans le monde, on pense qu'on pratiquera l'euthanasie sur moi après les Jeux. Ce n'est pas absolument pas ainsi. Cela doit être rectifié."