Auteur de deux grosses bourdes au Rallye Monte-Carlo, Jari-Matti Latvala s'est magistralement rattrapé en remportant, hier à Karlstad, le Rallye de Suède, deuxième manche du Championnat du Monde.

Leader dès la 2e spéciale, le second pilote Ford, avantagé sans doute vendredi par sa 10e position sur la route, n'a pas attendu le tonneau de Loeb (le Français est reparti samedi avant de se retirer définitivement suite à des soucis de moteur) pour s'isoler en tête. Très vite distancé, son équipier et compatriote Mikko Hirvonen, candidat désigné au titre, n'a pas tenté le diable dans des conditions tellement inhabituelles que deux spéciales durent être annulées faute de neige. Et a préféré ne prendre aucun risque pour saisir à deux mains l'opportunité qui lui était donnée d'avoir six points d'avance sur Loeb au classement des pilotes.

Un doublé permettant à Ford de reprendre la tête du classement constructeurs, dix points devant Subaru et Stobart et onze devant Citroën limitant encore les dégâts avec un Sordo qui aurait fini sur le podium sans les 5 minutes de pénalité reçues dès le départ.

Mais l'exploit du week-end est bien entendu à mettre à l'actif de cet espoir finlandais pilotant des WRC depuis ses 17 ans. Encore boutonneux, très sûr de lui (cela ne va pas s'arranger...), Jari-Matti est devenu à presque 23 ans, le plus jeune vainqueur de tous les temps, battant ainsi d'un an et 139 jours le record de précocité du légendaire Henri Toivonen datant du RAC 1980. "Quel sentiment !" s'exclamait le dernier protégé de Malcolm Wilson après avoir dansé sur le toit de sa Focus à l'arrivée de la dernière spéciale. "Toivonen était une de mes idoles, et je nourrissais le secret espoir de battre ce record. Y parvenir ici, en Suède, me convient parfaitement. Je profite de l'occasion pour remercier Ford de m'avoir fait confiance, car j'ai cassé pas mal de voitures ces dernières années... Ici, tout a fonctionné comme dans un rêve. Je me sens désormais nettement plus fort encore."

Et Christian Loriaux, l'ingénieur belge de Ford, de conclure : "Ce gamin est superdoué. Il sera champion du monde un jour, c'est inévitable."

On ne voit donc pas pourquoi il serait remplacé en cours de saison par notre compatriote, François Duval...