La Française Laure Manaudou, 22 ans, a profité de la deuxième journée des championnats de France d'Angers en petit bassin pour se rassurer, en s'adjugeant la finale du 100m dos en 57.99 secondes.

Depuis 2002, l'ancienne protégée de Philippe Lucas comptabilise 51 couronnes nationales (30 en grand bassin et 21 en petit bassin). Sa victoire lui a permis d'effacer sa désillusion du 200m dos.

Vendredi, Laure Manaudou a vécu de son propre aveu "une journée difficile". Troisième du 200m dos, la sportive préférée des Français n'a jamais pu contester la victoire de la Toulousaine Alexiane Castel. Pire, la néo-Marseillaise a totalement lâché prise dans le dernier 25 mètres, abandonnant la médaille d'argent à Cloé Credeville, jeune nageuse de 18 ans tout heureuse de brûler la politesse à la star des bassins tricolores.

"Je suis rassurée", a déclaré Laure Manaudou à l'issue de sa finale du 100m dos. "Ça fait du bien de revenir petit à petit. C'est dur, mais à côté de ce qui m'est arrivé aux Jeux Olympiques de Pékin, ce n'est rien du tout."

En Chine, la Française s'était contentée d'une décevante huitième place sur 400m nage libre, sa distance de prédilection, d'une septième place sur 100m dos et d'une demi-finale sur 200m dos, loin, très loin de ses ambitions initiales. Les Jeux de Pékin avaient dailleurs sonné le glas de sa collaboration avec Lionel Horter, son entraîneur à Mulhouse entre janvier et août 2008.

Sa victoire sur 100m dos est également capitale pour le manager du CN Marseille, Romain Barnier, ancien relayeur international, qui a largement contribué à la venue de Laure Manaudou dans la cité phocéenne. Il aurait en effet été incongru que la championne olympique 2004 du 400m nage libre aux Jeux d'Athènes n'empoche pas le moindre titre national à Angers.

Romain Barnier attendait une réaction d'orgueil de sa championne, dont le record sur 100m dos en petit bassin est de 57.34. "J'espère qu'elle a mal pris sa défaite sur 200 m dos", lâchait-il vendredi soir au moment où Laure Manaudou, mine déconfite et sourire crispé, quittait la piscine Jean Bouin d'Angers. En finale du 100m dos, Manaudou a répondu présente.

"Le 100m dos, c'est du sprint", concluait-elle en confirmant sa présence aux championnats d'Europe de Rijeka (Croatie) le week-end prochain. "C'est beaucoup plus facile à gérer que le 200m dos. J'ai surtout veillé à ne pas stresser, à ne pas me crisper. Je me dis que la natation ne représente qu'une partie de ma vie."