ENVOYÉ SPÉCIAL À HELSINKI

La «Reine Christine» ne sera donc jamais couronnée sur la scène mondiale. A 31 ans, Christine Arron a laissé passer sa chance, ce lundi, en finale du 100m. Alors que des trombes d'eau s'abattaient sur le Stade olympique, la Française prenait place dans les starting blocks en grande favorite de l'épreuve. Après avoir dominé les séries, les quarts et les demis, elle devait, en toute logique, s'imposer. Après un départ moyen, comme d'habitude, la Française parut revenir rapidement dans le coup. En tout cas sur Veronica Campbell, à sa gauche. Mais à sa droite, Lauryn Williams s'était envolée! Dans un style pas académique, l'Américaine résista pour couper la ligne en 10.93, à deux centièmes de seconde de son record personnel.

Vice-championne olympique l'an dernier, à Athènes, derrière l'épouvantail Nesterenko, Williams a ainsi décroché, à 21 ans, son premier titre majeur. «Ma médaille d'argent olympique était un pur bonheur! lâcha-t-elle. Mais, là, c'est incomparable.» De son côté, Arron la jouait fairplay, se satisfaisant de sa médaille de... bronze: «Ma première au niveau mondial!»

Car Campbell avait, aussi, résisté. Il faut dire que, voyant qu'elle ne rentrait pas sur ses adversaires, Christine Arron commit l'erreur de se crisper sur la fin. Sentiment mitigé. Même si celle qui sera toujours la «Reine Christine» en Guadeloupe remarquait que Chandra Sturrup, détentrice de la meilleure perf mondiale de la saison, repartait bredouille... De fait, derrière le trio Williams - Campbell - Arron, respectivement créditées de 10.93, 10.95 et 10.98, la Bahaméenne devait se contenter d'un modeste 11.09. Il y a décidément des athlètes dont les nerfs ne supportent pas la pression...

Gevaert privée de finale

Pour Kim Gevaert, l'histoire s'est répétée. Après Séville et Edmonton, où elle avait été éliminée en quart de finale, puis Paris, où elle avait déjà accédé aux demi-finales (7e en 11.32), notre compatriote a encore été privée de finale. Et pourtant, Kim avait pris le meilleur départ! «J'ai craqué aux 70m! avoua-t-elle. Je n'avais plus de jus... Ce fut si soudain que je ne comprends pas. J'ai tout perdu en quelques mètres. C'est très, très frustrant!» De fait, aux 80m, Kim était toujours 4e. Puis, elle a perdu vingt centièmes en... vingt mètres. «En me levant, j'ai senti que je n'étais pas dans un grand jour. J'étais fatiguée. J'avais mal au ventre. Et puis, la pluie n'arrange rien. J'éprouvais de mauvaises sensations!» Finalement 7e, Kim coupa la ligne en 11.30, un chrono assez moyen. De quoi laisser le doute s'installer? «Non! L'expérience m'a appris qu'un jour n'est pas l'autre dans un rendez-vous comme celui-ci. Je vais profiter de ma journée de repos pour mieux rebondir sur 200m mercredi.»

© Les Sports 2005