Le bronze pour quatre filles en or
© BELGA

Omnisports

Le bronze pour quatre filles en or

Guy Beauclercq

Publié le - Mis à jour le

Envoyé spécial à Osaka

Il était tard, très tard, lorsque nos quatre héroïnes du relais sont rentrées à l'hôtel ANA, ce samedi, après avoir décroché la médaille de bronze du 4x100 m féminin. Le champagne a donc coulé avec modération, tant Kim, Elodie, Hanna et Olivia étaient fatiguées. Il est vrai que la journée avait été éprouvante avec une pression montant de plusieurs crans à l'issue des séries. "Il y avait de la nervosité dans l'air ! confirme Kim Gevaert. Après ces séries, nous sommes rentrées à l'hôtel, nous avons pris une douche, mangé et gagné notre chambre. Mais personne n'a trouvé le sommeil. Ce fut une journée délicate à gérer, du début à la fin. Nous voulions éviter de nous focaliser sur la médaille..."

Mais cette journée s'est terminée dans l'allégresse avec une Kim levant les bras au ciel en franchissant la ligne, puis tombant dans ceux d'Olivia, la plus proche. Arrivèrent Elodie et Hanna. Depuis les tribunes, on entendit des cris de joie tandis que du virage sud, réservé aux délégations, volait un drapeau noir-jaune-rouge dont nos quatre filles s'emparèrent. Elles montèrent en tribune pour retrouver leur entraîneur, Rudi Diels, lequel avait les larmes aux yeux. Ensuite, toujours habillées de ce drapeau belge, elles entamèrent un demi-tour d'honneur dans la foulée des Américaines. Elles voulaient savourer le plus longtemps possible ce moment d'histoire de l'athlétisme belge. Mais les officiels japonais les ramenèrent à la raison pour laisser place à la finale du relais 4x100 m masculin.

Le rêve est donc devenu réalité pour Kim Gevaert et ses copines qui avaient laissé une excellente impression, le matin, lors des séries avec, déjà, un record de Belgique en 42.85. Avec Olivia Borlée au départ, Hanna Mariën dans la ligne droite opposée, Elodie Ouedraogo dans le deuxième virage et Kim Gevaert dans la dernière ligne droite, la Belgique disposait d'un quatuor compétitif qui ne demandait qu'à concrétiser ses ambitions. Ce qu'il a réussi au-delà de toutes les espérances avec une troisième place mondiale et un nouveau record de 42.75 (le 15e chrono de tous les temps !). Au milieu de ses copines, Kim Gevaert rayonnait après avoir connu des moments délicats, jeudi, lorsqu'elle annonça son forfait pour les demi-finales du 200 m. À la question de savoir si elle avait sacrifié ses chances sur 200 pour mieux rebondir sur 4x100, la Louvaniste répondit par la négative. "Etant aujourd'hui la plus âgée de l'équipe, j'ai une responsabilité envers les autres filles, surtout celles qui ne sont là que pour le relais, mais mon forfait fut dicté par un état de fatigue avancé et rien d'autre. Si j'avais pu, j'aurais couru le 200 et le 4x100 mais, jeudi, je n'en pouvais plus. Les deux jours de repos m'ont été salutaires, mais ce n'était pas prémédité..."

Que de chemin parcouru depuis 2001, à Edmonton... "Oui ! À l'époque, certains nous traitaient de touristes. Avant de venir ici, j'ai revu des photos de ce Mondial avec Elodie et nous en avons ri ! Quand, plus tard, nous consulterons nos albums sur Osaka 2007, nous en rirons sans doute plus encore. Car cette médaille est plus belle que ma cinquième place sur 100 m ! Je pourrai, en effet, la ranger dans mon armoire à souvenirs." Au train où elle va, Kim peut songer à en acheter une deuxième ! À moins que, comme elle le dit à demi-mot, c'était ici son tout dernier Mondial...

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous