Même si l'essentiel est de participer, les prestations des athlètes peuvent, en fonction des résultats, donner lieu à des primes. La plupart des pays promettent aux athlètes qui leur rapporteront des médailles, des sommes parfois astronomiques comme c'est le cas pour Singapour, qui offre un million de dollars (830000 euros) pour l'or, la moitié pour l'argent et le quart pour le bronze.

Des primes aux entraîneurs

Deux cent cinquante mille dollars pour une troisième place, cela reste encore plus de 4 fois plus que la prime promise au Belge qui ramènera une médaille d'or (50000 euros bruts). Pour les Jeux d'Athènes, le Comité olympique interfédéral belge (COIB) a également promis à ses 51 athlètes, 30000 euros pour une médaille d'argent et 20000 euros pour une plaque en bronze. Une place de 4 à 8 vaudra 10000 euros.

Des primes seront également destinées aux entraîneurs des athlètes en question. Ces chiffres sont supérieurs de 20 à 50pc à ceux qui concernent les athlètes français, et encore plus élevés par rapport aux primes promises aux Américains. Néanmoins, ils restent bien loin des 190000 euros promis à chaque champion olympique grec. D'autres avantages peuvent également être offerts aux athlètes en question.

Une voiture à disposition?

En Chine, les gouvernements locaux promettent des bonus à ajouter à la prime gouvernementale. Au Japon, ce sont certaines fédérations (badminton, tennis et tennis de table) qui annoncent des rallonges à ceux qui, par leurs résultats, feront la promotion de leur sport. En Belgique, le Comité olympique interfédéral belge étudie, avec son sponsor automobile, la possibilité de prolonger la mise à disposition d'une voiture.

© Les Sports 2004