La pression sera lourde sur les épaules de notre équipe de concours complet. Actuellement à San Patrignano (Italie), où le championnat d'Europe a débuté jeudi avec la première moitié des reprises de dressage, elle représente en effet notre dernière chance d'aligner une équipe lors des Jeux olympiques de 2008. Là où nos cavaliers de jumping et de dressage ont échoué, ceux d'Alec van den Abeele veulent à tout prix réussir. Histoire, aussi, de perpétuer la tradition équestre au sein de la délégation olympique belge.

"Nous espérons bien y parvenir, lance Alec van den Abeele. Pour cela, nous devons terminer la compétition parmi les deux premiers pays qui ne possèdent pas encore leur qualification, tout en sachant que la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la Suède ont déjà obtenu leur billet pour Hong-Kong."

En jumping, la Belgique pouvait se satisfaire d'un top 3 mais n'y est pas parvenue. C'est dire la difficulté de la tâche qui attend nos cavaliers de complet, d'autant que la France, l'Irlande et l'Italie ont également des arguments à faire valoir.

"Pourtant, je pense sincèrement que nous avons notre chance, insiste le chef d'équipe belge. Pour la première fois, nous avons réussi à réunir Karin (Donckers), Joris (Van Springel), Constantin (Van Rijckevorsel) et Carl (Bouckaert), quatre cavaliers qui possèdent une grande expérience du plus haut niveau obtenue lors des Jeux olympiques, d'un championnat du monde ou d'un championnat d'Europe. Les chevaux ? Ils sont présents parce qu'ils ont tous prouvé leur valeur dans des épreuves trois et quatre étoiles."Une médaille individuelle ?L'optimisme est donc de mise au sein de la délégation belge qui est complétée par Laurent Bousquet (entraîneur), Jef Desmedt (vétérinaire), Vincent Martens et Sarah Van Hasselt (cavaliers). Mieux, on parle même de médaille lorsqu'on évoque la compétition... individuelle.

"L'objectif prioritaire est d'assurer un bon résultat collectif, poursuit Alec van den Abeele. Ensuite, nous espérons un podium pour Karin qui fait tout simplement partie des cinq ou six favoris à San Patrignano."

Karin Donckers, qui a récemment occupé le deuxième rang mondial, aligne en effet les performances de choix depuis plusieurs mois tandis que sa place aux JO est déjà pratiquement assurée.

"Les quinze meilleurs cavaliers non qualifiés avec leur équipe nationale obtiendront leur billet individuel. Avec sa deuxième place actuelle, Karin possède une certaine marge de manoeuvre..."