Premiers Belges à entrer en compétition dans ces Jeux olympiques (rappelons que la cérémonie d'ouverture a lieu le 8 août mais que le tournoi de football masculin commence déjà le 7, un jour après le féminin), les Diablotins ont été les premiers sportifs sur le sol chinois. Ils resteront à Yantai jusqu'au 2 août, jour où ils rejoindront Séoul pour le match amical face à l'équipe nationale coréenne des moins de 20 ans.

Le lendemain, ils seront à Shenyang où Vincent Kompany les rejoindra, dans la nuit du 3 au 4, trois jours avant un Belgique - Brésil où nos Diablotins ne manqueront pas d'ambitions. "Même dans ce match, nous avons les moyens de réaliser quelque chose. Mais on garde cette certitude au fond de nous", clame Sebastien Pocognoli.

"Dans un tournoi, tout peut arriver. Une chose est certaine : nous ne sommes pas ici pour simplement faire acte de présence. On veut prendre le maximum", ajoute Logan Bailly.

Si ce maximum n'est pas chiffré (certains évoquent une médaille et Moussa Dembele, dans la presse néerlandaise, a même évoqué la possibilité de rentrer avec la médaille d'or), l'ambition minimale est de franchir le premier tour. "Le match contre les Pays-Bas, un candidat avéré au podium, a confirmé que nous sommes en mesure de nourrir des ambitions , explique Jean-François de Sart. "Les joueurs sont heureux de se retrouver. Il y a, dans ce groupe, une âme certaine. Lorsqu'un tel état d'esprit est présent, bien des portes s'ouvrent plus facilement. Nous connaissons le potentiel de nos adversaires mais pas le niveau qu'ils atteindront lors du tournoi. Avec notre acclimatation, c'est l'autre incertitude. Le Brésil a connu une préparation identique à la nôtre, la Chine sera indiscutablement prête et on se pose des questions sur la Nouvelle-Zélande. Et je ne suis pas persuadé que nous disposons d'un mauvais calendrier. Avec ce match contre le Brésil d'emblée, on sera directement fixé tout en ayant conscience qu'il s'agit d'une excellente préparation pour ce qui restera nos deux matchs capitaux."