© Pirard

Omnisports

Le dopage fait toujours des ravages...

PHILIPPE VANDENBERGH

Publié le - Mis à jour le

ÉCLAIRAGE

Sil est vrai que l'on peut faire dire aux chiffres ce que l'on veut, ceux que vient de publier le ministère flamand des sports ne lassent pas d'inquiéter. Rien que sur les neuf premiers mois de l'année, pas moins de 123 «sportifs» se sont faits coincer, soit une bonne cinquantaine de plus que sur l'ensemble de l'année 2002. C'est beaucoup, évidemment. Mais cela s'explique.

Plus intenses, plus inopinés

Selon les agents chargés des contrôles, cette hausse, qui s'assimile à un record pour ces dix dernières années, est en effet due, pour une bonne part, à la systématisation des contrôles inopinés (ce qui était moins le cas auparavant), à une intensification avant, pendant et après les épreuves, ainsi qu'à des actions plus dirigées vers la catégorie des élites sans contrat.

Les autorités flamandes n'ont pas révélé les noms des personnes incriminées, mais les chiffres laissent apparaître que c'est une nouvelle fois le cyclisme qui fournit la plus grosse part des fautifs. Sur 525 contrôles, 13,1pc étaient positifs, ce qui représente également le taux le plus fort de ces dix dernières années ce qui n'est pas tout à fait anormal puisque les contrôles se font plus incisifs.

Le milieu équestre est tout aussi montré du doigt. Ne croyez pas qu'il s'agisse seulement des chevaux dans la foulée de l'affaire Landuyt, le vétérinaire récemment libéré sous condition, mais aussi des jockeys. Dix-huit d'entre eux ont été contrôlés dont sept positivement. Mais cinq autres ont été déclarés positifs par le simple fait qu'ils avaient refusé le contrôle. Qui ne dit mot...

Des sports «propres» ?

Finalement, les sports réputés les plus «propres» sont le volley, le duathlon et le canoë-kayak: sur respectivement 50, 40 et 29 contrôles, aucun cas n'a été positif. Et ces sportifs, émus, de pousser un «ouf» de soulagement...

Côté francophone, où les contrôles systématiques n'ont lieu que depuis deux ans (lire ci-dessous), on ne peut s'empêcher de sourire, avec toutefois un rictus sceptique, quand on s'aperçoit que l'athlétisme et la natation sortent quasi intacts de tous les contrôles.

De deux choses l'une: soit ceux-ci sont mal faits ou insuffisamment poussés, soit nos athlètes et nos nageurs sont réellement blancs comme neige ce qui va à l'encontre de pratiques maintes fois dénoncées dans ces milieux, il est vrai plus souvent à l'étranger qu'en Belgique. Les résultats sont là pour l'attester.

Tout le problème est là et il aussi vieux que le dopage: quelle est la fiabilité réelle des contrôles? Important quand on publie des statistiques quasi quotidiennes qui risquent d'être l'arbre qui cache la forêt.

Sur ce point, la réponse, notamment politique, est forcément évasive. On a l'air de dire que l'on fait ce qu'on peut. Dès lors, il convient de continuer. La ligue flamande de cyclisme vient de publier une liste de trois cents médecins habilités à faire des contrôles un peu partout. Un exemple à suivre?

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous