Il y avait dix ans, très exactement, que la Belgique n'avait plus été en mesure d'envoyer une équipe de short track aux Jeux olympiques d'hiver. Aussi quand nos représentants s'élanceront cette nuit sur l'anneau de la Halle de glace de Salt Lake City, l'essentiel aura déjà été atteint: faire partie des huit nations autorisées à s'aligner à Salt Lake City.

`Simon Van Vossel avait raté les Jeux de Nagano, en 1998, de très peu et il était très déçu´, rappelle Philippe Préat, le´ Team Leader´ de la délégation belge dans la capitale de l'Utah. `Le COIB a alors concocté un programme aussi bon que possible en fonction de ces Jeux avec la collaboration de Jeroen Otter, actif il n'y a pas si longtemps encore au sein de la fédération néerlandaise et d'un préparateur physique, Frank Dewitte.´

Bien que l'intérêt du short track, qui se déroule sur un terrain de hockey sur glace, soit de pouvoir occuper en alternance une des neuf piscines du Nord du pays (pour seulement une en Wallonie), une série de stages eurent lieu à Aoste, à Font Romeu, à Chamonix et deux fois à Calgary, histoire de s'emplir les poumons de l'oxygène nécessaire, une fois le moment de la compétition venue? Cette fois nous y sommes et l'équipe belge, composée de Wim De Deyne, Pieter Gyssel, Ward Jannssens et Simon Van Vossel - notre porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture - ne veut pas en rester là même s'il faut rester lucide tellement la concurrence est forte. Face à une très forte concurrence.

Rappelons qu'il y a huit courses au programme: le 500 m, 1000 m, 1500 m, relais 5000 m, chez les messieurs, et la même chose sauf avec un relais de 3000 m chez les dames où Yang Yang pourrait donner à la Chine sa première médaille d'or dans cette spécialité.Il y a 32 engagés dans chaque épreuve individuelle à raison de deux par distance (chez les Belges, De Deyne et Van Vossel en 500 m, Gyssel et de Deyne en 1 000 m et Van Vossel et Gyssel en 1 500) et 8 équipes en relais. Les concurrents patinent par groupes de quatre. Les deux premiers sont qualifiés pour le tour suivant. Puis demi-finales, finale (places de 1 à 4) et finale de classement (places de 5 à 8).

UNE CHANCE DE MÉDAILLE?

Pour les relais, quatre patineurs par équipes participent à la course. Le relais se passe en touchant ou en poussant le partenaire, les relais ont lieu n'importe où sur la piste. `C'est Wim De Deyne qui emporte nos meilleures chances de médaille en 500 m individuel´

Croit savoir Philippe Préat. `Il est un des plus rapides au monde sur cette distance et devrait au moins se retrouver dans le Top 8 pour disputer la phase finale le 23.´

Mais dans une discipline aux les aléas sont aussi nombreux que les virages, il ne faut évidemment rien exclure. D'autant que l'équipe belge respire la santé. `Wim trouve que la piste n'est pas assez rapide pour un sprint long comme le 500 m mais ses équipiers sont d'un avis contraire dont Simon Van Vossel qui, à mon avis cache un peu son jeu.´

On appelle cela une saine émulation. A la Belge.

© La Libre Belgique 2002