Omnisports

Le soupçon plane sur Edmonton

AFP

Publié le - Mis à jour le

La victoire de la Russe Olga Jegorova sur 5000 m a été accueillie par des sifflets, samedi à Edmonton, à l'occasion d'une avant-dernière journée des Championnats du monde d'athlétisme également marquée par le quatrième titre du Cubain Ivan Pedroso et la deuxième médaille d'or de l'Américaine Marion Jones.

"Le plus important pour moi, c'est d'être satisfaite et heureuse de ce que j'ai accompli", déclarait Jegorova, au coeur de toutes les attentions depuis le début des Mondiaux et l'annonce d'un contrôle positif à l'EPO remontant au 6 juillet dernier.

Pour elle, il s'agissait d'une erreur. "Et cela s'est avéré vrai", déclarait la Russe. Référence à l'annulation du contrôle initial, pour des problèmes de procédures, puis au résultat négatif d'un nouveau prélèvement effectué au Canada.

Sur la piste, la Russe, 29 ans, a facilement suivi le train avant de placer une accélération à 300 m du but, à laquelle seule l'Espagnole Marta Dominguez pouvait partiellement répondre pour terminer à trois secondes.

"Pour moi, ce n'est pas elle la gagnante", lançait la Roumaine Gabriela Szabo, championne olympique de la spécialité reléguée au second plan (8e). "J'ai couru pour montrer que je n'avais pas peur des Russes mais je sais qu'il est impossible de gagner contre des robots".

Face aux attaques, Jegorova restait stoïque. Elle expliquait sa progression par la qualité de sa préparation. Celle qu'elle n'avait pu faire l'an dernier "par manque d'argent" et qui l'avait emmené à la huitième place seulement de la finale olympique.

La préparation n'avait pas été des meilleures pour Ivan Pedroso. Mais le champion cubain a montré qu'il restait l'homme des grands rendez-vous en plantant ses pointes à 8,40 m pour glaner son quatrième titre mondial d'affilée.

"C'est mon premier bon résultat et il intervient au bon moment", déclarait le Cubain qui n'a pas perdu une finale mondiale ou olympique depuis 1997, couronné chaque fois en salle (5 titres) et en plein-air et lauréat du concours olympique à Sydney.

Pour la deuxième journée de suite, Marion Jones est montée sur la plus haute marche du podium. Après le succès individuel sur 200 m, elle s'est illustrée avec Chryste Gaines, Inger Miller et Kelli White pour survoler la finale du 4x100 m.

"Nous voulions vraiment cette médaille d'or qui nous échappait depuis 1997. Avec ou sans les Bahamas (lauréates en 1999 et aux Jeux de Sydney), nous étions prêtes à nous battre pour reprendre ce titre", déclarait Jones, désormais quintuple médaillée d'or aux Mondiaux.

Le clan américain s'est réjoui également de l'issue du 100 m haies. Si Gail Devers n'a pu conserver son titre, elle ne fut devancée que par sa compatriote Anjanette Kirkland, la lauréate du titre mondial en salle en mars à Lisbonne.

En revanche, l'Oncle Sam a tremblé pour son 4x100 m messieurs, disqualifié pour faute de Jon Drummond mais requalifié généreusement "par esprit de fair-play", le juge estimant que la faute n'était due qu'à la blessure du premier relayeur.

En matinée, le Polonais Robert Korzeniowski a étoffé son palmarès en ajoutant le titre du 50 km marche au doublé olympique (20/50 km) réalisé l'an dernier à Sydney.

La Russe Natalya Sadova est devenue championne du monde du lancer du disque, grâce à un jet victorieux à 68,57 m. Une meilleure performance mondiale de la saison qui lui a permis de battre la Bélarusse Ellina Zvereva (67,10), la championne olympique de Sydney.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous