Le hasard fait parfois bien les choses, en cette année où trois pilotes belges sont sacrés champions du monde, c'est notre pays qui organise le Motocross des Nations et, qui plus est, sur un terrain a priori propice aux nôtres.

Pour fêter ses quarante ans d'existence, le circuit de Zolder se lance dans le motocross et pour un coup d'essai réussit un coup de maître en nous proposant, ce week-end, une compétition où 27 nations, représentées chacune par trois pilotes, s'affronteront.

Pour la circonstance, l'anneau limbourgeois a été quelque peu transformé: la piste devenant un parking public pour quelque 6000 voitures et son centre s'érigeant en circuit de motocross. Un circuit de sable s'entend mais mélangé de terre, offrant ainsi une surface rapide, surtout si le soleil revient d'ici dimanche.

Rester prudent

On se doute que, dans les circonstances actuelles et la domination de nos couleurs en Grands Prix, Joël Robert n'a eu aucun mal à former son trio.

«Nous n'avons vraiment qu'une seule interrogation, précisait notre team manager: savoir si Steve Ramon emploiera une 250 deux-temps plutôt que sa future 450 qu'il étrenna lors de la dernière manche du Championnat de Belgique, sur le circuit de Nil-Pierreux. Steve Ramon se sent plus à l'aise au guidon de la quart de litre et je pense donc que cette dernière sera sa préférée. »

Pour le reste, il est bien évident que notre équipe part favorite et que, sur papier, seuls les Américains, représentés par Carmichael, Ferry et Hughes mais aussi coachés par Roger De Coster, ont une chance de nous battre. Pourtant, il faut se méfier.

Il ne faut pas oublier que le Motocross des Nations ne reviendra à son ancienne formule (trois manches) qu'en 2004 et que, pour cette année encore, il se disputera en une seule finale où tout peut arriver: un mauvais départ, une chute, un ennui mécanique, et tout bascule. Même avec un trio de champions du monde comme Everts, Smets, Ramon, rien n'est joué. Restons donc prudents.

En motocross, la Belgique détient quelques records et ce n'est pas la dernière campagne des nôtres, et de Stefan Everts en particulier, qui ternira le palmarès. Que du contraire. Mais si nous comptons un nombre impressionnant de victoires en Grands Prix, si les tablettes de la FIM regorgent des noms de nos champions, une seule fois notre pays a réussi le Grand Chelem, c'est-à-dire remporter les trois titres mondiaux mis en jeu et dominer le Motocross des Nations.

Une occasion à saisir

Cela se passait en 1980, lorsque Malherbe, Jobé, Vromans et Van den Broeck triomphaient par équipes alors que ces mêmes Georges Jobé et André Malherbe ainsi qu'Harry Everts arrachaient les titres mondiaux dans chacune des catégories.

Depuis 1957 et la création des Championnats du monde, aucune autre nation n'a réussi pareil exploit. Vingt-trois ans plus tard, l'occasion se présente à nouveau pour la Belgique, et nos Smets, Everts et Ramon sont bien décidés à ne pas la laisser passer.

S'ils réussissent, ils seront portés par tout un peuple et inscriront aussi au pinacle du motocross une page qui ne serait pas prête d'être tournée.

© Les Sports 2003