Découvrez tous les résultats des Belges durant la journée de dimanche.


GOLF


Thomas Pieters 4e au classement final, Nicolas Colsaerts à une 30e place partagée

Thomas Pieters est finalement tombé juste à côté des médailles, dimanche, à l'issue du 4e tour du tournoi de golf des Jeux Olympiques de Rio. Le sportif né à Geel, âgé de 24 ans, a réussi un 4e tour en 65 coups, 6 sous le par, soit le 3e score des concurrents (après Kuchar et Reed, respectivement 63 et 64 coups). Avec un total final de 275 coups, il est devancé au général par le Britannique Justin Rose (268), médaillé d'or, le Suédois Henrik Stenson (270) et l'Américain Matt Kuchar (271).

TOUS LES DETAILS DE CETTE DERNIERE JOURNEE DE GOLF PAR ICI


Colsaerts: "Cette semaine, j'ai beaucoup pensé à mon arrière grand-mère"

Nicolas Colsaerts a terminé le tournoi olympique de golf à Rio de Janeiro à la 30e place après une dernière carte moins concluante, dimanche. A l'issue de la compétition, il a réagi émotionnellement à sa participation aux Jeux. Colsaerts a débuté le dernier jour de la compétition à la quatorzième place, une position qu'il partageait avec, entre autres, Thomas Pieters. Mais, pendant que ce dernier sortait une fois de plus le grand jeu et grimpait à la 4e place avec 6 sous le par, Colsaerts se retrouvait à deux au-dessus du par. Le Bruxellois a terminé avec un total final de 283 coups (-1), 15 de plus que le vainqueur britannique Justin Rose (268).

"J'aurais pu faire mieux ajourd'hui, mais au bout du compte, je suis content", a déclaré Colsaerts. "Le tournoi fut une expérience spéciale et magnifique. Beaucoup de monde est venu assister à la compétition et dès le premier jour, notre sport a bien été encouragé. Aux Jeux, tu vois des choses peu banales et tu ressens des émotions auxquelles tu n'es pas habitué. Ca t'affecte vraiment", a-t-il poursuivi.

Colsaerts a ensuite expliqué - avec une boule dans la gorge - pourquoi son lien aux Jeux Olympiques est si spécial. Son arrière grand-père Jean-Jacques Tensen a participé, après la première guerre mondiale, aux Jeux en tant que membre de l'équipe de water-polo. "J'avais un lien étroit avec mon arrière grand-mère. Elle a vécu avec nous jusqu'à mes 17 ans et nous étions très proches. J'ai beaucoup pensé à elle durant cette semaine."

Nicolas Colsaerts a ensuite eu pour Thomas Pieters, qui a raté de peu une médaille olympique, des mots réconfortants. "C'est dommage pour lui car il a très bien performé. Sur les derniers trous, 17 et 18, il avait peut-être encore une chance de décrocher la médaille de bronze. Mais je suis persuadé qu'avec du recul, il estimera que c'est une expérience géniale."


Hockey


Les Red Lions affronteront les Pays-Bas en demi-finale mardi

L'équipe nationale belge de hockey sera opposée aux Pays-Bas (FIH 2) mardi midi (17 heures belge) en demi-finale du tournoi olympique. Les Oranje se sont en effet défaits dimanche soir des champions du monde australiens (FIH 1) sur le score sans appel de 4-0.

Cette rencontre constituait une finale avant la lettre, opposant les deux premières nations mondiales au Deodoro Stadium. Les Néerlandais y ont pris un départ de rêve, ouvrant le score dès la première minute via Billy Bakker. Bob de Voogd a doublé l'avantage de ses couleurs à la 28e, avant que Valentin Verga n'alourdisse le score peu après la pause (33e, 3-0).

Les Kookaburras, qui s'étaient inclinés 0-1 en phase de groupe contre la Belgique, n'ont jamais été en mesure de revenir dans la partie. A la 49e, Mink van der Weerden donnera au marquoir son allure finale, sur penalty corner.

Plus tôt dimanche, les Red Lions (FIH 6), 9e à Pékin en 2008 et 5e à Londres il y a quatre ans, avaient validé leur billet pour les demi-finales, prenant la mesure de l'Inde (FIH 5) sur le score de 3-1. Les Indiens avaient pourtant mené 0-1 jusqu'à la mi-temps, avant que ne se réveillent les hockeyeurs belges et que ne marquent Dockier (2) et Boon.

L'Argentine (FIH 7) s'est, elle aussi, qualifiée pour ce stade de la compétition, au détriment de l'Espagne (FIH 11), 2-1. L'Allemagne (FIH 3) et la Nouvelle-Zélande (FIH 8) se disputeront l'ultime place dans le dernier carré.

Les demi-finales auront lieu mardi à 17h00 et 22h00, heure belge. SPJ/JUG/


Athlétisme


Veerle Dejaeghere, 47e du marathon

La Kényane Jemima Jelagat Sumgong a remporté dimanche le marathon féminin des Jeux Olympiques de Rio. L'athlète de 31 ans, 4e du marathon aux derniers championnats du monde (en 2015 à Pékin), a passé la ligne d'arrivée après 2h24:04 de course, devançant de moins de 10 secondes Eunice Jepkirui Kirwa (2h24:13), du Bahreïn, et l'Ethiopienne Mare Dibaba (2h24:30), championne du monde en titre sur cette distance.

Veerle Dejaeghere, la plus expérimentée des marathoniennes de la délégation belge, et la première à avoir atteint le finish, au Sambadrome, se classant 47e des 157 concurrentes annoncées au départ, en 2h37:39.


Louise Carton n'a "rien à perdre" sur 5.000m

Louise Carton défendra mardi les couleurs de la Belgique, aux Jeux Olympiques de Rio, sur 5.000m. La sportive de 22 ans espère se montrer, même si elle dit être consciente de la difficulté de la tâche. Carton a eu quelques pépins physiques, avant les Jeux, entre autres aux ischio, explique-t-elle. "Ma saison d'été a été un peu pénible. J'ai souvent été freinée dans mes entrainements, ce qui est dommage. Heureusement, les dernières semaines j'ai pu faire de bonnes sessions. Maintenant, je construis et me sens de plus en plus fraîche".

Deux fois lauréate de Cross Cup, elle espère que tout "tombera à sa bonne place" mardi, en série. Mais elle estime que ses chances de finale sont minces. "Le niveau est vraiment très élevé ici, le 10.000 mètres en est la preuve. Je m'attends à une course rapide, et je vais essayer de m'accrocher le plus longtemps possible. J'espère surtout faire une bonne prestation, car cet été je n'ai pas encore pu montrer les progrès que j'ai faits".

A l'Euro, à Amsterdam, début juillet, Carton s'était classée 7e sur cette distance. "Les meilleurs athlètes y étaient, et donc devenir 7e, c'était beau. En même temps, j'ai remarqué qu'il y a encore un gouffre avec le top européen. Ici, je vais courir contre le top mondial. Mais j'ai mérité ma place ici, parce que j'ai fait de bonnes performances l'an dernier. Je veux confirmer cela. Et j'espère beaucoup apprendre. Je n'aurai rien à perdre, mardi".


Pieter-Jan Hannes espère que "tout ira en sa faveur", pour arriver en finale du 1.500 m

Pieter-Jan Hannes n'a pas été en mesure de se préparer de manière optimale aux Jeux olympiques de Rio, à cause de blessures. Pourtant, c'est avec ambition qu'il s'alignera mardi pour les séries du 1.500 mètres.

"Ca a été une période difficile avec des blessures à répétition au printemps. Mais j'ai continué à m'entraîner, souvent avec des exercices alternatifs et le mois dernier, lors de la Nuit de l'athlétisme, j'ai réalisé que j'étais proche de mon ancien niveau. J'ai par la suite continué à travailler durant un mois pour atteindre mon objectif. J'ai utilisé ce temps à bon escient et j'espère désormais pouvoir le prouver", a expliqué dimanche l'athlète de 23 ans. En août dernier, lors des championnats du monde d'athlétisme à Pékin, l'Anversois avait échoué en demi-finales. "J'en ai conclu que tu peux avoir pas mal de poisse lors du tirage au sort", a-t-il plaisanté.

"Les séries sont habituellement réparties de manière uniforme. Après, ça dépend des prestations dans les séries. A l'époque, je me suis retrouvé en demi-finale avec tous les favoris. Ce fut une expérience douloureuse car j'ai raté la finale pour 10 centièmes de seconde. D'un autre côté, j'ai appris à jouer le jeu et à trouver ma place. J'ai eu la confirmation que j'avais pu tirer les bonnes leçons des fautes que j'avais commises les années précédentes, comme lors des championnats d'Europe d'athlétisme à Zurich en 2014, lors desquels j'ai été éliminé alors que sur papier, je faisais partie des 3 meilleurs."

Hannes n'a pas pour autant élaboré de plan d'attaque pour ses séries. "Tout peut arriver. Il y a tant de scénarii possibles. Dès que je connaitrai la liste des départs, je pourrai évaluer s'il s'agit d'une course rapide ou plutôt tactique. Je suis préparé pour les deux cas de figure." D'après Hannes, une place en finale est plus que possible "si tout joue en ma faveur". "Mais ça ne va pas de soi. Quoi qu'il en soit, il y a toujours trois Africains, trois Arabes et trois Américains dans la finale. Ca ne laisse donc pas beaucoup de place pour les Européens. Mais si je cours à mon meilleur niveau et que tout joue en ma faveur, alors je dois atteindre la finale."

A l'instar de nombreux autres athlètes belges, Pieter-Jan Hannes était très impressionné par la médaille d'or décrochée samedi soir par Nafi Thiam. "Pendant qu'Usain Bolt franchissait la ligne des 200 mètres en moins de 19 secondes, Nafi réalisait LA prestation des Jeux", indique Hannes. "Je ne sais pas si les gens se rendent compte de l'exploit de Nafi. Jessica Ennis, qui est une légende absolue en heptathlon et la meilleure de tous les temps, a réalisé lors des Jeux sa deuxième meilleure prestation. Nafi n'a en plus que 21 ans. C'est incroyable. C'est comme si moi, en tant qu'Européen blanc, je courais en 3:28. Ce faisant, je pulvériserais le record de Sebastian Coe, et je serais 8 secondes plus rapide qu'Ivo Van Damme. La prestation de Nafi est aussi exceptionnelle que ça!".


Le président du COIB Pierre-Olivier Beckers a remis sa médaille d'or à Nafissatou

C'était juste avant la finale du 100 mètres qui allait faire encore un peu plus entrer Usain Bolt dans l'histoire de l'athlétisme. Nafissatou Thiam, la nouvelle reine (belge) de l'heptathlon, est montée sur la plus haute marche du podium du stade olympique de Rio de Janeiro pour se faire passer autour du cou la médaille d'or par Pierre-Olivier Beckers, le président du COIB, et membre du Comite Olympique International (CIO).

Le Roi Philippe lui avait téléphoné plus tôt dans la journée pour la féliciter. Thiam, 21 ans à peine, avait remporté l'épreuve avec 6810 points, nouveau record de Belgique, samedi. Elle avait ainsi effacé son précédent record de 6508 points, réalisé en 2014 à Götzis, en Autriche. Ce qui était d'ailleurs bien nécéssaire pour devancer la Britannique Jessica Ennis-Hill (6775 points), championne olympique sortante, et la Canadienne Theisen Eaton (6653 points), ses voisines, mais un peu plus bas, sur le podium. Cette médaille de la namuroise est la 4e de la Belgique à ces Jeux de Rio, et la 2e en or après celle du coureur cycliste Greg Van Avermaet. Pieter Timmers (argent du 100m nage libre) et Dirk Van Tichelt (bronze au judo) ont conquis les deux autres. Nafissatou Thiam est aussi la première championne olympique belge en athlétisme depuis Tia Hellebaut, sacrée à la hauteur à Pékin en 2008.


Badminton


Yuhan Tan perd sa seconde rencontre de poule et quitte les Jeux sans victoire

Yuhan Tan a perdu dimanche matin (après-midi en Belgique) son second match du tournoi olympique de badminton, à Rio de Janeiro. Le numéro 51 mondial, âgé de 29 ans, s'est incliné face au Taïwanais Tien Chen Chou (BWF 7), en tête du groupe C après sa victoire de samedi contre l'Israélien Misha Zilberman (BWF 56). Le Belge a été battu sur le score sans appel de 21-14 21-8. Cette deuxième défaite en autant de rencontres dans ces JO signifie que Yuhan Tan est éliminé à l'issue de la phase de poules. Chaque groupe ne comporte que trois joueurs, et seul le premier de chaque poule disputera la phase à élimination directe du tournoi.

Yuhan Tan s'était incliné, samedi soir, face à l'Israélien (22-20 et 21-12), et pointe à la dernière place de la poule C. Il avait annoncé avant l'entame des Jeux qu'il mettrait un terme à sa carrière internationale après le rendez-vous brésilien.

Après sa défaite d'entrée de tournoi, le Limbourgeois avait indiqué être fustré quant à la qualité de son jeu.


Lianne Tan termine son tournoi olympique par une victoire sur la Portugaise Santos

Lianne Tan, 25 ans, a terminé en beauté son tournoi olympique féminin de badminton à Rio de Janeiro. La 68e joueuse mondiale en effet remporté son 3e et dernier match de poule face à la Portugaise Telma Santos (BWF 71) qu'elle a battue 2-0 (21-16, 21-18) dans le Groupe E. Elle était déjà éliminée avant de servir le premier volant. Seule les premières de groupe accèdent à la phase finale. Notre compatriote finit 3e.

La quintuple championne de Belgique avait perdu de justesse, 2-1 (21-17, 20-22 en 21-14 en 62 minutes) son premier match contre l'Américaine Iris Wang, numéro 37 au classement mondial, avant de s'incliner 2-0 (deux fois 21-11) contre la Chinoise Li Xuerui, n°3 mondiale et tenante du titre.

Lianne Tan avait déjà participé aux Jeux de 2012 à Londres où elle avait battu la Suissesse Sabrina Jacquet puis avait perdu contre l'Indienne Saina Nehwal, dans sa poule, et avait été éliminée.

Elle était en revanche médaillée d'argent aux Jeux Européens en 2015 à Bakou. Son frère Yuhan, qui a perdu ses deux matches de poule, est également éliminé.


BMX


"Je ne suis pas parmi les favorites mais tout peut arriver", prédit Elke Vanhoof

Elke Vanhoof, spécialiste du BMX, représentera la Belgique dans cette discipline aux Jeux olympiques de Rio, quatre ans après Arnaud Dubois à Londres. L'Anversoise de 24 ans ambitionne d'atteindre la finale et elle n'exclut pas une médaille. Mercredi, celle qui a été championne européenne en 2015 entrera une première fois en action durant la course de placement pour les séries.

"Il est temps de commencer", a déclaré Vanhoof dimanche lors d'un point presse dans le Village olympique. "J'ai attendu assez longtemps. Les entrainements se sont bien déroulés. La semaine dernière, nous avons encore bien pu nous entraîner en Floride. Demain, le premier entrainement à Rio est au programme et je suis plus qu'impatiente."

Vanhoof s'est déchiré le ménisque l'hiver dernier, mais elle a depuis retrouvé sa meilleure forme. "Physiquement, tout va bien. Mes tests auprès d'Energy Lab étaient bons", indique la sportive.

Vanhoof est l'une des 16 participantes à la compétition de BMX. "Je les connais toutes, chacune d'entre elles est une vraie championne. Dans les demi-finales, ce sera la bataille à plein régime", prédit-elle. "Mais la finale est mon objectif. D'abord, je voulais me qualifier pour les Jeux, mais maintenant que je suis ici, je vise la finale. J'espère remporter une médaille, même si je ne pars pas favorite. Une fois la finale atteinte, tout est possible cependant. De petits détails peuvent faire la différence. Tu te retrouves avec 8 personnes sur le parcours, tu dois aussi avoir un peu de chance. Le départ est très important, car la première reste souvent en tête. Ensuite, il faut juste tout donner pendant 400 mètres".

Les médailles pour cette discipline seront délivrées vendredi après les demi-finales et la finale.


Equitation


Jérôme Guery a effectué dimanche un sans-faute dans la première manche qualificative du saut d'obstacles, aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. Le cavalier de 36 ans, avec Grand Cru van de Rozenberg, prendra part mardi, à partir de 10h00 (15h00 en Belgique) à la deuxième manche avec un compteur de pénalités toujours fixé à zéro, un début de tournoi idéal pour le Namurois.

Nicola Philippaert a, au contraire, connu une entame de Jeux désastreuse. Le Limbourgeois de 23 ans, avec Zilverstar T, est déjà disqualifié, son cheval ayant refusé par deux fois de franchir un obstacle.

Les deuxième et troisième manches qualificatives auront lieu mardi et mercredi, avant que le Top 35 ne soit qualifié pour la finale individuelle. Celle-ci aura lieu en deux manches, vendredi, seul le Top 20 passant en deuxième manche.


"Un premier tour comme celui-ci est de bon augure pour la suite", estime Jérôme Guéry

Jérôme Guéry a magnifiquement abordé le concours olympique de saut d'obstacles, à l'inverse de l'autre Belge présent à Rio, Nicola Philippaerts, éliminé d'emblée. Le Nivellois et son cheval Grand Cru van de Rozenberg ont effacé, sans faute, les douze obstacles du premier parcours qualificatif dimanche au Centre Equestre Olympique. Vingt-trois autres cavaliers, parmi les septante-cinq présents au Brésil, sont dans le même cas. "J'ai senti mon cheval un peu peureux au début", a expliqué Jérôme Guéry. "Mais il s'est détendu au fur et à mesure. Le premier jour est toujours difficile pour lui avec son caractère peureux. Il devrait être meilleur au fil des jours. Un premier tour comme celui-ci est de bon augure pour la suite de la compétition."

Long de 545 mètres, avec 12 obstacles (d'une hauteur entre 1m50 et 1m60) et un temps imparti de 82 secondes, le parcours était "difficile mais acceptable", a encore estimé le cavalier brabançon, qui a mis 79.4 secondes pour le compléter.

"Quand on débute avec 0 point cela nous permet de commettre une petite erreur par la suite sans compromettre ses chances d'aller en finale."

Interrogé sur les deux difficultés de ce parcours, la rivière et le double du 11e obstacle, Jérôme Guéry a précisé: "Grand Cru passe bien les rivières comme tous les chevaux peureux. Le dernier double, on savait qu'il était difficile (c'est lui qui a provoqué l'élimination de Nicola Philippaerts après deux refus quelques minutes plus tard). J'ai été le montrer au cheval à la reconnaissance pour le rassurer. Il commence par un très gros oxer (1m50 de haut et 1m60 entre les deux barres) et la distance est très courte (en 8 foulées). Il l'a très bien passé et je crois que je l'ai bien monté aussi."

"L'atmosphère, la presse très nombreuse, tout est différent aux Jeux. Mais j'aime, et mon cheval aussi semble-t-il. J'ai vraiment hâte de continuer."


Nicola Philippaerts très déçu après son élimination dès le 1er jour des qualifications

"C'est très dur", résume-t-il. Nicola Philippaerts découvrait dimanche matin les Jeux Olympiques. Le cavalier limbourgeois de saut d'obstacles reprenait le flambeau de son père Ludo, Olympien à quatre reprises. Il n'en gardera pas un bon souvenir. Comme nombre de cavaliers, le Belge a été piégé par le 11e des 12 obstacles proposé. Sur ce double (oxer suivi d'un vertical), son cheval a commis deux refus. C'était l'élimination. "Jusque là, Zilverstar avait très bien sauté (aucune faute sur les dix premiers obstacles, dont la rivière, ndlr), il avait aussi été très bon à l'échauffement," a expliqué, très déçu, Nicola Philippaerts. "L'obstacle était compliqué. Que s'est-il passé? Difficile à dire. Il a sauté très haut au-dessus de l'oxer et a atterri très loin du 2e obstacle, d'où le refus."

Le duo prenait 4 points de pénalité, le chronomètre était arrêté (avec une pénalité de 6 secondes) et le cavalier et sa monture pouvaient retenter leur chance. Un second refus étant quant à lui éliminatoire. C'est, malheureusement, le sort qui attendait le jeune cavalier.

Nicola Philippaerts a eu du mal à calmer Zilverstar et à le présenter de nouveau. Il a répété la même erreur. "C'est compliqué de le repasser immédiatement."

"C'est vraiment dommage de quitter les Jeux dès le premier tour. Je suis très déçu."


Omnium

Dernière place pour De Buyst après la première journée à l'omnium

Jasper De Buyst n'a pas bien démarré l'omnium aux Jeux Olympiques de Rio dimanche. Après un départ moyen dans le scratch où il a terminé dernier, le coureur sur piste n'a pas pu faire beaucoup mieux lors des deux épreuves suivantes, la poursuite et la course par élimination. A mi-parcours, le Belge est dès lors 18e et denier du classement général.

Le coureur de Lotto-Soudal a en effet accroché une décevante 16e place en poursuite, pour ensuite être le quatrième coureur à se faire sortir lors de la dernière épreuve de la journée. Au classement général, après trois des six épreuves de l'omnium, Jasper De Buyst compte 28 points et est bon dernier. Le Français Thomas Boudat (106) trône en tête, juste devant l'Italien Elia Viviani (104) et le Britannique Mark Cavendish (96). Le tenant du titre, le Danois Lasse Norman Hansen (86) est sixième. Lundi, le contre-la-montre, le tour lancé et la course aux points finale détermineront le podium de l'omnium.