Les Belges pas vernis
© Photonews

Omnisports

Les Belges pas vernis

B. L.

Publié le - Mis à jour le

LAMIA On regrettera encore longtemps l'attitude de Malcom Wilson, le patron de François Duval, à quelques heures du départ de ce 50e Rallye de l'Acropole. L'ancien pilote anglais a entraîné notre compatriote dans un coin du motor-home Ford pour lui rappeler qu'il avait carte blanche et qu'il pouvait lâcher la cavalerie. Une manière de procéder qui n'est sûrement pas la plus adaptée au talent explosif de François. Certes, Duval sortait de deux épreuves où il avait constamment rongé son frein pour rejoindre l'arrivée. Il avait dû digérer les performances de Markko Martin, son équipier, visiblement très à l'aise au volant de la nouvelle Focus WRC 03. Alors, lorsque le boss en a rajouté une couche, le cerveau de François a parfaitement reçu le message et il s'est mis en mode off. «On a déjà failli voler au trou dans la première spéciale», racontait Stéphane Prévot, son copilote. Contraint à effacer toute marge de sécurité pour suivre le rythme des vieux briscards, le pilote de Cul-des-Sarts a commis l'irréparable dans la 5e spéciale du premier jour. Certes, il aura occupé la tête de l'épreuve pour sa première participation en WRC mais jusqu'à quand aura-t-il le droit de sortir de la route? Nombreux sont les pilotes qui sont passés par-là et qui sont devenus champions du monde mais il y a également des histoires qui se sont moins bien terminées. L'Allemand Armin Schawrz peut en témoigner, lui qui n'a jamais eu la carrière qu'il aurait dû à cause d'une réputation de casseur de voiture. Soyons sûr que Duval est assez sensible pour percevoir un changement d'attitude dans le clan anglais mais ce serait mieux s'il terminait ses rallyes cette saison en attendant 2004 pour briller.

Pour Freddy Loix, les courses se ressemblent toutes et le pilote Huyndai sombre avec son équipe. Cette fois, c'est dans la 1re spéciale que l'Accent WRC a connu ses habituelles faiblesses mécaniques, un amortisseur refusant tout service. Comme la majorité des observateurs, Freddy se pose des questions sur son avenir au sein de la structure coréenne. Visiblement, Loix mise beaucoup sur la future réglementation qui obligera tous les constructeurs à aligner une 3e machine mais pourquoi ceux-ci n'en profiteraient-ils pas pour permettre à de jeunes pilotes d'aiguiser leurs crocs en Championnat du Monde sans pression? Freddy est persuadé que les marques chercheront des pilotes d'expérience. Réponse à la fin de ce mois.

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous