Le défi était trop élevé. L'équipe belge de short-track n'a pas réussi, mercredi soir à Salt Lake City, le très difficile pari de se qualifier pour la finale A du relais sur 5000 m.

Dans la salle réservée traditionnellement aux basketteurs des Utah Jazz, Wim De Deyne, Pieter Gysel, Ward Janssens et Simon Van Vossel ont certes patiné un nouveau record de Belgique en 6.56.389, mais cela n'a pu leur éviter de terminer à la quatrième et dernière place de leur série, derrière le Canada, la Chine et le Japon.

Ils ont fait tout leur possible, mais il ne fallait pas s'attendre à des miracles, confia Philippe Préat, le team manager de la délégation belge, qui suit le short-track au nom du département du sport de haut niveau du COIB. Franchement, il aurait fallu un concours de circonstances assez invraisemblable pour qu'ils accrochent la deuxième place. La course est partie sur un rythme effréné, les Canadiens cherchant à se débarrasser au plus vite des Chinois afin d'éviter une mauvaise surprise au sprint. A l'issue des premiers 1000 m, nous figurions encore à la troisième place, mais nous avons ensuite dû lâcher prise. Les Chinois, qui se classent deuxièmes, ont avalé leur 5000 m en 6.48. A l'heure actuelle, ce genre de temps est inaccessible. L'ambition est de pouvoir y arriver d'ici trois ou quatre ans, dans l'optique des Jeux d'hiver à Turin.

PAS DE REGRETS À NOURRIR

En terminant quatrième de sa série, en 6.56 et des poussières, la Belgique a pourtant bouclé sa distance pas moins de treize secondes plus rapidement que les Etats-Unis, vainqueurs de la deuxième course. Les quatre short-trackers pourraient, du coup, nourrir quelques regrets. Les apparences, cela dit, sont trompeuses...

Il faut savoir qu'un incident a émaillé la deuxième série après 3000 m, poursuit-il. A la lutte avec un patineur italien, l'un des relayeurs coréens a effectué une violente chute. La course a dû être arrêtée et le malheureux garçon évacué en civière. L'équipe coréenne a été disqualifiée et c'est à trois que les autres ont dû repatiner un 5000 m entier. Les Américains et les Italiens savaient pertinemment qu'il leur suffirait d'une ou deux accélérations pour lâcher les Australiens et se qualifier, ce qui explique qu'ils n'ont pas forcé leur talent. Non, il n'y a aucun regret à avoir.

EN PETITE FINALE

Samedi après-midi, l'équipe de short-track belge disputera donc la finale B en compagnie du Japon et de l'Australie. Elle tentera de la remporter, mais devra sans doute plus logiquement se contenter de la deuxième place.

Wim De Deyne effectuera à cette occasion une double journée. Vainqueur convaincant de sa série du 1000 m, dans un excellent temps de 1.30.95, le Flandrien s'est qualifié pour les quarts de finale du 1000 m en individuel. Il patinera dans une série avec le champion du Canada, Mathieu Turcotte, du Coréen Hyun-Soo Ahn, le champion du monde junior, et de l'Italien Nicola Rodigari. La concurrence sera farouche, mais il a les capacités pour passer... Il ne reste plus qu'à croiser les doigts pour espérer décrocher une médaille.

Pieter Gysel, le second Belge engagé, est, de son côté, éliminé. Il a terminé quatrième et dernier de sa série en 1.31.290.

© La Libre Belgique 2001