La victoire des Belgian Lions contre une Slovénie pourtant invaincue jusque-là en matches de qualification pour l'Euro 2001 pouvait paraître anecdotique à plus d'un titre: premièrement, l'adversaire slovène était privé de quelques-uns de ses meilleurs éléments (Milic, Smodis et Zdovc); deuxièmement, les Lions n'avaient plus le moindre espoir de qualification pour cet Euro, une éventualité qu'avait rendu mathématiquement impossible leur revers face à l'Ukraine du 29 novembre dernier.

Si les ambitions à court terme de nos représentants étaient bel et bien compromises, l'issue de la rencontre laissait pourtant entrevoir des perspectives encourageantes.

La manière, tout d'abord, fut convaincante à plus d'un titre: comme lors de la victoire de mercredi face au Portugal, nos compatriotes ont montré qu'ils pouvaient pratiquer un basket collectif sans pour autant manquer de véritable leader. Un rôle dans lequel semble se fondre Ron Ellis, dont l'emprise sur le jeu se confirme au fur et à mesure de ses apparitions sous ses nouvelles couleurs.À nouveau auteur d'une remarquable performance (24 points et 9 rebonds), le nouveau belge ne manqua pas d'inspirer ses partenaires par son abnégation. «Ron est un exemple pour tous, stipule Jacques Stas. Il force d'autant plus le respect qu'il est un joueur naturalisé. En lui, Beghin, Baert et les autres ont trouvé un vrai leader.» Dimitri Lauwers fut également à la hauteur de sa réputation (4 sur 5 à trois points) tout en se montrant décisif dans les moments clés de la rencontre (transformant un 55-48 en 61-48 après que la Belgique eut mené 38-27 au repos). Un match en dents de scie que les Lions dominèrent pour l'emporter logiquement.

Outre la manière, c'est l'issue même de la rencontre qui devint une source de satisfaction inattendue, lorsque la Fiba annonça que la quatrième place de la Belgique au terme de cette phase préliminaire de l'Euro 2001 allait permettre à nos représentants d'être directement retenus pour les qualifications de l'Euro 2003, et donc d'éviter les matches de barrage prévus en juin/août et qui auraient coûté quelque cinq millions de francs à la Fédération. Les deux victoires remportées cette semaine par les Lions leur ont en effet permis d'enregistrer le meilleur bilan parmi les quatrièmes larrons des différents groupes qualificatifs, et donc de remporter le dernier sésame.

Une satisfaction qui n'a néanmoins pour seul mérite que le fait d'être inattendue: disons que cet état de fait permet tout simplement à cette campagne qualificative de tourner un peu moins mal qu'on aurait pu le craindre après que les défaites de novembre aient définitivement éclipsé les espoirs de participation à un Euro que les Belges n'ont plus disputé depuis 1993. Les Lions peuvent néanmoins regarder à nouveau vers l'avant: il ne leur reste désormais plus qu'à attendre la fin du prochain Euro pour connaître leurs futurs adversaires, qu'ils rencontreront en novembre prochain.

© La Libre Belgique 2001