Nos relayeurs ont établi un nouveau record de Belgique (2.59.28) en séries du 4x400m.

Cette fois encore, ils sont au rendez-vous ! Les Belgian Tornados ont réussi, ce samedi matin, à Pékin, à se qualifier pour la finale du relais 4x400m au prix d'une deuxième place (après la... disqualification des Bahamas, l'équipe championne olympique !) et d'un nouveau record de Belgique (2.59.28), inférieur de 5 centièmes au chrono signé en mai dernier à Nassau.

Pour ces séries, le sélectionneur Jacques Borlée avait aligné, dans cet ordre, ses fils Dylan et Jonathan, suivis d'Antoine Gillet, Kevin Borlée terminant le travail d'équipe. Cinquième au moment de s'emparer du témoin, le Bruxellois a dû attendre que la porte s'ouvre dans la dernière ligne droite pour remonter deux concurrents, reproduisant ainsi le scénario qui s'était écrit dans ce même Nid d'Oiseau, sept ans plus tôt, en séries des Jeux Olympiques !

“Avant la course, je m'étais dit que si je recevais le témoin derrière, je pouvais encore attendre et voir. Mais cette fois, j'ai vraiment dû attendre longtemps que le Français se décale pour y aller. C'était un coup de poker mais voilà ça passe !” sourit-il. “On se qualifie, on fait troisième avec le record national, c'est très bien. Pour le reste, encore une fois, cela va très vite, la densité est dingue.”

“Je suis très content de la performance de l'équipe, faire le record comme ça à 10h40 du matin, c'est très bien”, commente, pour sa part, Jonathan Borlée, qui n'a pas eu de très bonnes sensations. “Je savais qu'on avait un bon coup à jouer. Pour ma part, l'équipe m'a bien reboosté moralement après le 400m mais ce fut quand même une course assez difficile. Les autres équipes ont mis leurs meilleurs éléments au début. J'ai eu du mal, mais je vais tout faire pour bien récupérer pour la finale.”

Chargé de lancer l'équipe, Dylan Borlée voit quelques petites erreurs techniques à corriger à titre personnel, mais il est ambitieux pour l'équipe. “A mon avis, on peut jouer un rôle en vue dans cette finale et accrocher le peloton de tête”, dit-il. “Mais il faudra sans doute battre à nouveau le record de Belgique si on veut faire quelque chose d'encore plus grand. On va voir comment le coach va établir l'équipe...”

Jacques Borlée pourrait bien titulariser pour la première fois le jeune Serésien Robin Vanderbemden à la place d'Antoine Gillet. “A priori, c'est ce qui a été convenu”, déclare l'athlète de Bertrix. “En finale, cela peut encore aller plus vite parce que Kevin a été fort gêné par deux concurrents. On peut déjà gagner un peu là. Je pense qu'on sera outsiders. Les autres pays devraient, en tout cas, avoir un minimum peur de nous !”

Nantie du cinquième chrono à l'issue des séries, la Belgique, cinquième mondiale en 2013, s'élancera du couloir 5, ce dimanche (14h25), en finale. Les autres positions : Russie au 2, Cuba au 3, Trinité-et-Tobago au 4, Grande-Bretagne au 6, Etats-Unis au 7, France au 8, Jamaïque au 9.

Comment Jacques Borlée voit-il cette finale ? “On va mettre le feu, ça c'est clair !” lance-t-il. “Je pense que l'équipe fera dans les 2:58, même peut-être en-dessous. Je ne sais pas si ce sera suffisant pour avoir une médaille mais on fera tout pour inquiéter les équipes du top.”

Les résultats des séries du 4x400m :

Série 1 : 1. Grande-Bretagne 2.59.05; 2. Belgique 2.59.28; 3. France 2.59.42; 4. Russie 2.59.45; 5. Pologne 3.00.72; 6. Venezuela 3.02.96; 7. Japon 3.02.97. ( Bahamas, 2es en 2.59.24, disqualifiés)

Série 2: 1. Etats-Unis 2.58.13; Trinité-et-Tobago 2.58.67; 3. Jamaïque 2.58.69, 4. Cuba 2.59.80, 5. Botswana 2.59.95, 6. République dominicaine 3.00.15; 7. Brésil 3.01.05, 8. Irlande 3.01.26.