La situation internationale tendue, outre les répercussions politiques, économiques et humaines qu'elle provoque, ne reste pas sans incidence au niveau sportif. Toutes les compétitions qui devaient se jouer au Moyen-Orient dans les prochains jours sont ainsi purement et simplement supprimées. C'est le cas des championnats du monde juniors de football, qui devaient débuter fin mars aux Emirats arabes unis. La Fédération internationale de football a décidé de les remettre à plus tard, tout en croisant les doigts pour que les compétitions ne soient pas davantage perturbées par une intervention militaire en Irak. «Nous avons déjà pris la décision de repousser cette épreuve dont le coup d'envoi était programmé le 25 mars, explique Sepp Blatter, président de la Fifa. J'invite néanmoins les fédérations nationales et clubs à aller jouer au football.»

C'est ce que la Lazio Rome s'apprête à faire, à l'occasion de son déplacement à Besiktas, en Turquie, pour le compte des quarts de finale de la Coupe de l'UEFA. Un déplacement que craignent les Romains: «Nous sommes soumis à la décision de l'UEFA, a déclaré mercredi l'entraîneur de la Lazio, Roberto Mancini. C'est le football. Nous avons joué pendant la guerre en Yougoslavie et nous avons joué le jour où les Twin Towers sont tombées», a-t-il rappelé. Aucune autre fédération sportive n'a, pour le moment, annoncé de suspension d'épreuve en raison de la crise irakienne. Malgré tout, les mesures de sécurité entourant les rencontres aux Etats-Unis seront renforcées. La ligue de basket-ball nord-américaine envisage même de retarder ses rencontres en raison des menaces pesant sur les déplacements en avion, fréquents dans le championnat.

«Washington? Un lieu sûr»

Les joueurs de tennis professionnels, amenés à parcourir régulièrement le monde en avion, se sont également inquiétés de la situation internationale tendue, sans pour autant décider de cesser provisoirement leurs déplacements.

Quant aux championnats du monde de patinage artistique, ils auront lieu à Washington, comme prévu, dès le 23 mars. «Washington sera probablement l'endroit le plus sûr de la planète, durant les prochaines semaines», a estimé Leslie Gianelli, coprésidente du comité d'organisation de l'événement.

© Les Sports 2003