envoyé spécial à Shenyang >Les Diablotins ont rempli leur contrat : il fallait battre la Chine, c'est chose faite depuis hier. Nos footballeurs ont fait parler leur expérience face à des joueurs asiatiques qui, pour la plupart, évoluent dans leur championnat domestique, guère relevé. Jean-François de Sart avait prévenu que le premier quart d'heure serait difficile, il le fut. Les Chinois se ruèrent vers notre but, et il fallut un miracle pour que Gao, bien maladroit, n'ouvre pas rapidement le score. Dembele fut bien plus inspiré : sur un centre de De Mul, il se déporta pour éviter les défenseurs et plaça un tir croisé sans pardon. 1-0 après huit minutes, les Asiatiques accusèrent le coup, et perdirent même leur sang-froid en début de seconde période : Tan se prit pour Jacky Chan, sa prise de kung-fu trouva l'entre-jambes de Pocognoli. Rouge ! Moins de dix minutes plus tard, le capitaine Zheng le suivait au vestiaire pour un coup de coude sur Vertonghen. Cette fois, les Diablotins ne pouvaient pas se plaindre de l'arbitrage. Face à une équipe réduite à neuf, Mirallas ôta tout suspense superflu.

"Mon équipe a manoeuvré intelligemment", analyse de Sart. "Elle n'a peut-être pas joué son meilleur match, mais elle a gagné et a montré énormément de volonté. Voilà qui fait du bien..."

La victoire belge a redistribué les cartes dans ce groupe C : les Diablotins ont désormais leur sort en main. Un succès contre la Nouvelle-Zélande, mercredi à Shanghai, et la qualification est acquise. Sans doute via la deuxième place car même si le Brésil, déjà en quarts, est battu par la Chine, sa différence de buts est trop importante après son succès 5-0 contre de médiocres joueurs océaniques. A l'analyse des deux matches de ce dimanche, après avoir vu les Brésiliens humilier les Néo-Zélandais, on peut dire, aujourd'hui plus qu'hier, que les troupes de Jean-François de Sart ont parfaitement manoeuvré face à la "Seleção", et que la défaite est survenue à cause d'éléments extérieurs. On peut aussi clamer que la Belgique doit battre cette mauvaise formation océanique qui sera privée de Brookie, puni, mais qui retrouvera Old, qui a purgé sa suspension.

Si un partage sanctionne notre match de Shanghai, il faut que le Chine batte le Brésil 3-0 pour nous dépasser, ce qui paraît impensable d'autant qu'avec les cartes d'hier, Yin Tiesheng sera privé de quatre joueurs : trois de ses défenseurs et son capitaine !

Une défaite par contre nous serait fatale.

Logiquement donc, les Diablotins devraient réaliser leur objectif, et leur quart de finale devrait être celui de Pékin, samedi, face au vainqueur du groupe D : la talentueuse Italie (hypothèse la plus probable) ou les dangereux Camerounais. La Squadra Azzurra n'a besoin que d'un nul mercredi pour garder le leadership.