Le champion et recordman du monde du décathlon contraint à l’abandon.

Coup de massue pour Kevin Mayer !

En tête après le disque, septième épreuve du décathlon, devant les Canadiens Warner et Lepage, le champion et recordman du monde a été contraint à l’abandon sur blessure ! Depuis la première journée où on l’avait vu peiner à la hauteur, on craignait cette triste issue pour Mayer, en pleurs sur le tapis de réception de la perche après avoir interrompu son premier essai, puis n’avoir pas engagé le deuxième. Kevin Mayer a (de nouveau) ressenti des douleurs au tendon d’Achille dès le 110 m haies, première épreuve de la deuxième journée, qu’il a terminé en boitant, en 13.87. Il a, ensuite, lancé le disque à 48,34 m avant d’être incapable de passer sa première barre à 4,60 m à la perche.

Lui qui survole la discipline et est entré dans la légende avec ce total historique de 9 126 points, le 16 septembre 2018, à Talence, semblait pourtant invincible. Mais, un an après le zéro pointé malheureux à la longueur qui lui avait coûté le titre européen à Berlin, c’est cette fois son corps qui l’a trahi.

Touché au genou droit et au tendon d’Achille gauche, Mayer a lâché prise lors de l’épreuve de la perche alors qu’il était en tête de ce décathlon mondial.

"Je me suis blessé au tendon d’Achille il y a environ un mois. J’ai ressenti une douleur que je ne connaissais pas. Mais, grâce aux soins, j’ai pu me présenter au départ de ce Mondial. Malheureusement, la douleur est revenue après deux ou trois épreuves. À tel point que, ce jeudi, au lever, j’étais incapable de marcher !"

Mais il en faut plus pour abattre mentalement le champion français, finalement vaincu par le physique. "J’enrage parce que cette douleur au tendon d’Achille m’a amené à compenser et je me suis blessé au genou droit ! Je donne toute ma vie au décathlon et c’est dur pour moi. Mais je sais qu’aucun athlète n’est à l’abri d’une blessure plus ou moins grave. En revanche, je suis effondré pour ma famille et mes amis, qui étaient venus me soutenir et qui sont inconsolables." Kevin était aussi encadré par son staff, dont son coach physique qui lui cria : "Il y a la lumière au bout du tunnel !"

Hélas, sur le sautoir de la perche, cette lumière s’est éteinte pour Kevin Mayer.