La France avait la gueule de bois en se réveillant hier matin, après la cuisante défaite face aux Argentins. L'humiliation subie la veille au Stade de France avait laissé des traces dans les chairs des supporters. Ce n'était pas qu'un simple constat d'échec pour le quinze de Bernard Laporte. C'est l'Hexagone de l'ovale qui souffrait avec lui. Alors que la demi-finale face aux Anglais avait été suivie par près de 20 millions de téléspectateurs, le match face aux Pumas n'avait attiré que 13 millions d'âmes.

Comme les prémices de la résignation. "C'est assez logique", nous confie Jean, ce supporter des Bleus et de Perpignan. "On nous a assez rebattu les oreilles avec l'objectif initial qui était le gain de la Coupe du Monde. Une finale pour le bronze, ça n'a plus la même saveur. Nos Bleus ont raté leur Coupe du Monde."

Même TF1, qui avait acquis les droits du Mondial à prix d'or, s'en était déjà presque allé par la petite porte, ne consacrant que quelques malheureuses minutes au constat d'échec du quinze de France et à la finale.

Mais de tout cela, les supporters anglais et sud-africains n'en avaient cure, s'inquiétant plus de leur acheminement à Saint-Denis : "Le tramway, sorry, le métro, Miss, ça roule encore ?" Le problème de la réforme des régimes spéciaux, ce n'était pas le leur... Devant l'entrée de la gare du Nord, où la majorité des supporters anglais ou sud-africains débarquent, le tabloïd londonien The Sun a parqué son bus à impériale, engin roulant de sa rédaction. "Nous sommes prêts à diffuser "Rule Britannia" dans les haut-parleurs en descendant les Champs-Élysées" , plaisante le chauffeur...