Depuis samedi, les Lions connaissent les adversaires qu'ils doivent écarter pour s'ouvrir les portes de l' Euro 2005 qui aura lieu fin septembre à Belgrade. Versée dans une poule de quatre équipes, ils auront à affronter l'Allemagne, l'Ukraine et la Hongrie. Sachant que les deux premiers accompagneront d'office la Lituanie, l'Espagne, la Serbie-Monténégro, l'Italie et la Grèce à Belgrade, le 3e pourra, lui aussi, être de la fête s'il vient à bout des autres troisièmes classés lors d'un tournoi de repêchage mi-septembre. Mais la Belgique espère bien figurer parmi les deux qualifiés. «On aurait pu plus mal tomber!» confirme Giovanni Bozzi, le sélectionneur national. «L'Allemagne jouera peut-être sans Nowitzki. Et sans sa star NBA, cette équipe n'est plus la même. L'Ukraine, on connaît, c'est dur à jouer en déplacement mais c'est l'équipe du 2e chapeau que je voulais. Enfin, la Hongrie recèle du talent mais nous aussi. Nous devons jouer notre chance.» Pour cela, les Lions ont besoin du soutien des clubs. Et, donc, d'être ensemble durant plusieurs semaines avant le début des qualifications (du 8 au 25 septembre 2004). «J'ai demandé à en disposer une semaine en juin et trois en août mais les clubs semblent déjà réticents.» Pourvu qu'ils changent d'avis car l'avenir de l'équipe nationale belge est à ce prix. Sans moyens mis à sa disposition, cette génération talentueuse ne pourra rien. Espérons que les clubs y voient également leurs intérêts. Sans quoi, on pourrait connaître une nouvelle désillusion. Une de trop.

© Les Sports 2003