Découvrez tous les résultats à Rio.

ATHLETISME

Usain Bolt réalise le doublé 100-200 m

Le Jamaïcain Usain Bolt, superstar du sprint, a réalisé le doublé 100-200 m en survolant le demi-tour de piste en 19 .78 (vent: 60,5 m/s), jeudi aux jeux Olympiques de Rio.

Usain Bolt remporte ainsi sa 8e médaille d'or olympique, et reste en course pour un incroyable "triple triple", après ces triomphes à Pékin-2008 et Londres-2012 sur 100, 200 et 4x100 m.

Le Jamaïcain risque toutefois de perdre à l'avenir une de ses médailles d'or, en raison du contrôle positif a posteriori d'un de ses coéquipiers, Nesta Carter, sur le relais de Pékin-2008.

Bolt, qui a toujours clamé son amour du 200 m et qui le présente comme son "pré carré", n'a pas caché sa joie après ce nouveau triomphe.

Après une départ canon, qui l'a fait remonter à hauteur du Français Christophe Lemaitre dès les 15 premières mètres du virage, le Jamaïcain a semblé puiser au fond de lui l'énergie pour gagner.

Il devance finalement le Canadien Andre de Grasse (20.02), déjà médaillé de bronze sur le 100 m dimanche.

"Non, je n'arrive pas à réaliser ce que j'ai accompli, vraiment pas", a déclaré Bolt. "Vous travaillez si dur pendant des années et puis vous espérez juste ensuite en être récompensé. C'est un sentiment formidable", a-t-il ajouté.

"Je vieillis et mon corps prend de l'âge. Personnellement, je pense que c'était mon dernier 200 m mais mon entraîneur ne sera sûrement pas de cet avis", a-t-il souri.

Le Français Christophe Lemaitre complète le podium (20.12), battant aux millièmes le Britannique Adam Gemili et d'un centième le Néerlandais Churandy Martina (20.13).


4x100 m dames: les Américaines qualifiées pour la finale

Initialement disqualifiées, les Américaines du relais 4x100 m ont su saisir la deuxième chance qui leur était offerte de se qualifier pour la finale olympique jeudi à Rio grâce à un temps de 41 sec 77/100.

Le scénario rocambolesque qui a permis à Tianna Bartoletta, Allyson Felix, English Gardner et Morolakele Akinosun d'être repéchées a conduit à une drôle de situation dans le stade Olympique de Rio puisque les Américaines ont couru seules en piste, avec en ligne de mire le chrono de 42 sec 70/100 des Chinoises.

Dans la matinée, les championnes olympiques en titre avaient été disqualifiées pour un bâton tombé au deuxième passage, entre Allyson Felix et English Gardner.

"J'ai été bousculée en entrant dans la zone de passage de relais et cela m'a complètement déséquilibré", avait ensuite expliqué Felix, gênée par une Brésilienne.

Mais quelques minutes plus tard, le jury avait autorisé les Américaines à recourir en soirée, seules et dans le même couloir, pour se qualifier au temps avec la possibilité de déloger les Chinoises (42.70), dernier temps qualifié, de la finale.

Les Américaines pourront donc défendre leur titre vendredi (22H15 locales, samedi 01H15 GMT).


400m haies: l'Américain Kerron Clement champion olympique

L'Américain Kerron Clement a été sacré champion olympique du 400 m haies jeudi à Rio devant le Kényan Boniface Tumuti et le Turc Yasmani Copello.

Kerron Clement a dominé en 47 sec 73/100, meilleure performance de la saison, une course rapide qui a vu tomber quatre records nationaux, dont ceux de Boniface Tumuti, médaillé d'argent en 47.78, nouveau record du Kénya, et de Yasmani Copello, 3e en 47.92, nouveau record de Turquie.

Le Portoricain Javier Culson, médaillé de bronze aux Jeux de Londres il y a quatre ans, a été disqualifié pour faux départ.

Originaire de Trinité-et-Tobago et naturalisé américain en 2004, Kerron Clement ajoute ainsi une médaille d'or à ses deux titres de champion du monde. L'Américain avait été déjà couronné d'or aux jeux Olympiques, sur le relais 4X400m à Pékin en 2008 et médaillé d'argent sur le 400m haies. Avec le relais, Kerron Clement compte au total quatre titres de champion du monde conquis en 2007 et 2009.

Michael Bultheel avait atteint les demi-finales où il a été éliminé en 49.46 (18e).


BASKET

Les Américaines mettent une mi-temps pour dompter les Françaises

Les basketteuses américaines ont mis une mi-temps pour dompter les Françaises, 86 à 67, jeudi à Rio en demi-finale des jeux Olympiques et affronteront l'Espagne pour une sixième médaille d'or d'affilée.

A la pause, l'écart n'était que de quatre points! Un exploit en soi pour les Françaises contre la nation ultra-dominante du basket féminin, encore plus que chez les garçons, qui n'a plus perdu un match aux Jeux depuis 1992.

Déterminées en défense, les Bleues ont montré qu'elles aussi étaient capables de faire du beau basket. La jeune Marine Johannes (13 points, dont 9 en première mi-temps) a osé quelques "moves" (gestes) spectaculaires qui n'ont pas dû échapper aux recruteurs de la WNBA.

Physiquement, les Américaines étaient vraiment trop fortes, et leur banc trop homogène. "Elles savent que sur le long terme les équipes craqueront. Quand on contrôle une joueuse, une autre prend feu", a estimé la Française Sarah Michel. Jeudi, ce furent alternativement Diana Taurasi (18 points) et Maya Moore (15). Mais les Françaises ont quand même réussi à limiter la casse.

Dix-neuf points, ce n'est pas un petit écart, mais c'est quand même le plus faible creusé par les stars de la WNBA depuis le début du tournoi. Les Serbes détenaient jusqu'à présent le "record" avec 26. Les Espagnoles en avaient pris 40. Pas de quoi préserver le suspense pour la finale!

Dans la première demi-finale, les basketteuses espagnoles s'étaient qualifiées en battant la Serbie 68 à 54. L'Espagne, qui participait à sa première demi-finale olympique chez les dames, a pris un excellent départ (20-9 après un quart-temps) et n'a jamais été rejointe. Laura Nichols a été la meilleure joueuse du match avec 13 points et 12 rebonds.


L'Espagne en finale

Les basketteuses espagnoles se sont qualifiées pour la finale des jeux Olympiques en battant la Serbie 68 à 54 en demi-finales, jeudi à Rio.

L'Espagne, qui participait à sa première demi-finale olympique chez les dames, a pris un excellent départ (20-9 après un quart-temps) et n'a jamais été rejointe.

Laura Nichols a été la meilleure joueuse du match avec 13 points et 12 rebonds.

Les Espagnoles affronteront samedi en finale les Etats-Unis ou la France, à l'affiche jeudi de la seconde demi-finale.


BEACH VOLLEY

Cerutti et Schmidt donnent l'or du beach-volley au Brésil

Le Brésil, avec Alison Cerutti et Bruno Schmidt, a remporté le titre de champion olympique de beach-volley en battant l'Italie 21-19, 21-17 en finale, jeudi soir, sur la place de Copacabana.

Follement encouragés par ses supporters bruyants et particulièrement partisans, Alison Cerutti, 30 ans et médaillé d'argent aux Jeux de Londres en 2012 avec Emanuel Rego, décroche, donc, l'or quatre ans plus tard.

Bruno Schmidt, 29 ans, fait équipe avec Rego depuis avril 2014. Leur association s'est déjà traduite par un titre mondial en 2015, avant l'apothéose de jeudi soir.

Les Brésiliens avaient fait le plus dur en éliminant en quarts de finale les favoris américains. Après avoir mené 20 à 17 dans le second set, ils ont conclu à leur première balle de match, au grand bonheur du public, pas du tout perturbé par la pluie.

De leur côté, les Italiens Paolo Nicolai, 28 ans, et Daniele Lupo, 25 ans, obtiennent leur première médaille olympique. Ensemble depuis 2011, le duo a déjà conquis deux titres européens en 2014 et 2016.

Enfin, les Néerlandais Alexander Brouwer et Robert Meeuwsen, battus par les Brésiliens en demies, ont pris la médaille de bronze aux dépens des Russes Viatcheslav Krasilnikov et Konstantin Semenov 23-21, 22-20.


VOILE

Les Brésiliennes Martine Grael et Kahena Kunze en or de 49er

Les Brésiliennes Martine Grael et Kahena Kunze ont été sacrées championnes olympiques de dériveur 49er FX, jeudi à Rio, devant un public tout acquis à leur cause.

Les Brésiliennes ont devancé les Néo-Zélandaises Alex Maloney et Molly Meech et les Danoises Jean Hansen et Katja Steen Salskov-Iversen.

Martine Grael, 25 ans est la fille de Torben Grael, l'une des légendes de la voile brésilienne qui a remporté cinq médailles olympiques durant sa carrière, dont deux en or.

Torben Grael, qui est leur coach, avait aussi son fils Marco engagé en 49er, associé à Gabriel Borges.

Les deux jeunes hommes ont terminé 11e au classement.


Les Néo-Zélandais Burling et Tuke champions olympiques de 49er

Les Néo-Zélandais Peter Burling et Blair Tuke, médaillés d'argent il y a 4 ans à Londres, ont été sacrés champions olympiques de dériveur 49er, jeudi à Rio.

Les Néo-Zélandais l'ont emporté face aux Australiens Nathan Outteridge et Iain Jensen qui les avaient devancés en 2012.

La médaille de bronze est revenue aux Allemands Erik Heil et Thomas Ploessel.


TRIATHLON

Le Britannique Alistair Brownlee conserve son titre, Marten Van Riel termine 6e

Marten Van Riel, 25e mondial, a terminé à la sixième place (1h46:03) du triathlon olympique des jeux de Rio, jeudi. Quant à Jelle Geens, 43e mondial, il a fini 38e (1h52:05). Champion olympique en titre, le Britannique Alistair Brownlee est le premier triathlète à réussir le doublé. En 1h45:01, il a devancé son frère Jonathan (1h47:07), médaillé de bronze à Londres, et le Sud-Africain Henri Schoeman (1h45:43), 3e, qui complète le podium.

Long de 1.500 m de natation, de 40 km en vélo et de 10 km de course à pied, ce triathlon olympique se disputait à Copacabana et voyait deux Belges y participer pour la première fois de leur carrière. Marten Van Riel pointait à la 11e place suite à l'épreuve de natation en eau vive (17:27) alors que Jelle Geens était déjà 49e (18:36). Van Riel a ensuite accroché le wagon de tête en vélo, bouclant les 40 km en compagnie de dix athlètes (1h13:18). Geens, 47e, était déjà cinq minutes derrière (1h18:39).

Marten Van Riel a alors profité du début de la course à pied pour intégrer le top 5. Devant, les frères Alistair et Jonathan Browlee ont pris les devants. Le Belge de 23 ans a ensuite magnifiquement résisté, ponctuant le parcours à une très belle sixième place en 1h46:03.

En tête, Alistair Brownlee a faussé compagnie à son frère Jonathan dans l'avant-dernier tour pour remporter un deuxième titre olympique, quatre ans après son sacre à Londres. Le Britannique s'est même permis le luxe de terminer la parcours en marchant, brandissant l'Union Jack pour célébrer sa victoire.

Jelle Geens, 23 ans, a remonté quelques concurrents en course à pied pour boucler cette épreuve olympique à la 38e place dans un temps d'1h52:05.


BADMINTON

Le Japon remporte l'or du double dames

Les Japonaises Misaki Matsutomo et Ayaka Takahashi ont remporté le titre olympique du double dames de badminton en battant 2-1, jeudi à Rio, les Danoises Christinna Pedersen et Kamilla Rytter Juhl, dans une finale privée de Chinoises pour la première fois depuis 1992.

Matsutomo et Takahashi, menées un jeu à rien, ont ensuite serré leur jeu pour battre les Danoises 18-21, 21-9, 21-19 dans une rencontre très spectaculaire, avec notamment une belle lutte dans le dernier jeu jusqu'à 16-16, chaque équipe rendant coup pour coup.

Les Danoises croyaient alors avoir fait le plus dur en prenant la tête (19-16), mais les Japonaises ont ensuite aligné cinq points pour conserver le titre olympique en Asie.

Eliminées en demi-finales par les Danoises, les Chinoises Tang Yuanting et Yu Yang n'ont même pas réussi à décrocher la médaille de bronze, remportée 21-8, 21-17 par les Sud-Coréennes Jung Kyung-eun et Shin Seung-chan.


HANDBALL

Retrouvailles France-Russie en finale

La Russie et la France s'affronteront en finale du tournoi olympique de handball dames après avoir fait chuter respectivement la Norvège (38-37 a.p.), double tenante du titre, et les Pays-Bas (24-23), jeudi lors de deux matches haletant.

Ce sera donc des retrouvailles entre les deux équipes, placées dans le même groupe lors de la phase de poules. Les Russes, invaincues dans cette compétition, s'étaient imposées (26-25), après avoir vu les Françaises effectuer une belle remontée qui avait failli leur être fatale.

Le deuxième épisode s'annonce serré, bien que la Russie partira légèrement favorite, surtout après son exploit contre les reines norvégiennes, qui possèdent aussi un titre mondial et un trophée européen.

Nora Mork a été brillante (14 buts, dont 7 sur penalty), mais la gardienne scandinave Kari Grimsbo, l'une des meilleures du monde, a souffert de l'impact des shooteuses russes en particulier Vladlena Bobrovnikova (8 buts) et Daria Dmitrieva (7 buts).

Extrêmement serrée, la partie s'est dénouée à l'issue de la seconde mi-temps de la prolongation lorsque l'ailière gauche Camilla Herrem a manqué un lob qui a échoué à côté de la gardienne Victoria Kalinina. Les Norvégiennes avaient déjà réussi à arracher une prolongation sur un but dans les derniers instants de leur pivot star Heidi Loke. Pas deux fois...

Avec cette victoire, la Russie revient sur le devant de la scène après sept ans de disette. Elle n'avait plus remporté de médaille depuis le dernier de leurs quatre titres mondiaux conquis en 2009. Elle espère maintenant faire mieux que lors de sa première finale olympique, il y a huit à Pékin, perdue contre, justement, les Norvégiennes.

Les Françaises, quant à elle, n'avaient jamais gagné de médaille olympique avant leur victoire contre les Pays-Bas, vice-champions du monde. Ce duel aussi a été serré et aurait pu aller en prolongation si le dernier tir de Lois Abbingh n'avait pas échoué sur le poteau. La gardienne Laura Glauser, rentrée à un quart d'heure de la fin pour remplacer la titulaire Amandine Leynaud, a été décisive (5 arrêts sur /7 tirs).

La France a également pu compter sur ses taulières de la base arrière Allison Pineau (7 buts) et Alexandra Lacrabère (6 buts) et sur une défense solide qui a limité l'impact de Abbingh et de la perle néerlandaise Estavana Polman, méconnaissable.


Les Françaises en finale pour la première fois

Les handballeuses françaises se sont qualifiées pour la finale des JO-2016 s'assurant ainsi d'empocher la première médaille olympique de leur histoire, grâce à leur succès contre les Pays-Bas, vice-championnes du monde, 24 à 23, jeudi à Rio.

Le meilleur résultat des Bleues jusqu'ici était une quatrième place, obtenue à Athènes en 2004. Elles affronteront la Norvège, double championne olympique en titre, ou la Russie, samedi en finale.


BOXE

Le Cubain Julio Cesar La Cruz sacré en -81 kg

Le boxeur Cubain Julio Cesar La Cruz est devenu champion olympique de la catégorie -81 kg en battant en finale le Kazakh Adilbek Niyazymbetov, jeudi à Rio.

La Cruz, âgé de 27 ans et triple champion du monde amateur de la catégorie, était le grand favori du tournoi. Sa boxe mobile et légère en fait un adversaire réputé insaisissable et Niyazymbetov en a fait les frais jeudi.

Il apporte ainsi un premier titre à la boxe cubaine dans ces jeux Olympiques, après trois médailles de bronze qui ont frustré cette place forte de la discipline.

Le Français Mathieu Bauderlique et le Britannique Joshua Buatsi reçoivent, eux, la médaille de bronze de la catégorie.


HOCKEY

Les Allemands, médaillés de bronze du tournoi de hockey

L'Allemagne a pris la troisième place du tournoi de hockey (messieurs) des jeux Olympiques de Rio, jeudi, dont la finale oppose à 22h00 (heures belges), la Belgique à l'Argentine.

Les Allemands, éliminés par les Argentins en demi-finales, se consolent avec une médaille de bronze grâce à leur victoire sur les Pays-Bas, 4 à 3 aux shoot-outs (1-1 après le temps réglementaire) dans le match pour la 3e place. L'Allemagne, double championne olympique en titre, n'avait pu se hisser en finale olympique pour la première fois depuis 2004.

Les Néerlandais, vice-champions olympiques à Londres il y a quatre ans, et champions d'Europe, avaient été éliminés (3-1) par la Belgique en demi-finales.


L'or pour l'Argentine et le petit-fils de Merckx

L'Argentine est devenue championne olympique de hockey sur gazon pour la première fois de son histoire jeudi, en s'imposant en finale, avec dans ses rangs le petit-fils d'Eddy Merckx, contre la Belgique 4 buts à 2 à Rio.

La médaille de bronze revient à l'Allemagne, qui a battu les Pays-Bas aux tirs au but (1-1, 4-3 t.a.b.).

Dans le match pour l'or, les Belges avaient pris les devants grâce à un but de Tanguy Cosyns. Mais les Argentins par Pedro Ibarra, Ignacio Ortiz, et Gonzalo Peillat ont repris les devants (3-1).

De retour au score grâce à Gauthier Boccard (3-2), les Belges ont tenté leur va-tout en sortant dans les dernières secondes le portier, laissant la cage vide. Augustin Mazzilli pouvait ainsi marquer sans peine le dernier but du sacre argentin.

Parmi les joueurs de l'Argentine figure Luca Masso, petit-fils de la légende du cyclisme belge Eddy Merckx et fils de l'ancien joueur de tennis argentin Eduardo Masso.

La famille Merckx compte donc un nouveau médaillé olympique, après Axel Merckx, en bronze sur la course en ligne de cyclisme à Athènes en 2004.


GOLF

Park In-bee seule en tête

La Sud-Coréenne Park In-bee a pris seule jeudi la tête du tournoi olympique de golf à Rio mais elle est talonnée à un coup par l'Américaine Stacy Lewis, qui a fait un bond dans le classement grâce à une carte de -8 au deuxième tour, alors que les Françaises ont coulé.

Emmenée par Park, ex-N.1 mondiale aujourd'hui N.5, qui a réussi un -5 (6 birdies) jeudi comme la veille, la Corée du Sud est donc bien au rendez-vous de ce premier tournoi olympique dames de golf depuis 1900, même si Kim Sei-young (+2) s'est manquée et a chuté de vingt places au 22e rang, à sept coups de sa compatriote.

"J'ai raté quelques mises en jeu et je me suis retrouvée dans les aires sablonneuses, mais j'ai réussi à les convertir en birdies, c'est clairement ça qui a fait la différence sur ce tour", a commenté Park, en se satisfaisant également de l'amélioration de son putting par rapport au premier tour.

Les plus belles carte et opération de la journée sont au crédit de Lewis, qui a bondi de 17 places pour menacer Park. L'Américaine a signé onze birdies sur le parcours de Barra da Tijuca, dont cinq sur les six derniers trous, mais malheureusement pour elle un double bogey au 14 qui l'a empêchée de prendre la tête.

"Se retrouver en haut du classement aux jeux Olympiques, c'est quelque chose qui désormais, je pense, va devenir le rêve de tous les enfants", a commenté l'Américaine, très critique à l'égard des joueurs du tableau masculin qui ont refusé de venir à Rio où le golf faisait son retour dans le programme olympique pour la première fois depuis 1904.

En tête à l'issue du premier tour, la Thaïlandaise et N.2 mondiale Ariya Jutanugarn n'a pu faire mieux que le par jeudi et a chuté au huitième rang.

Mais comme le dit Park, "maintenant, après deux tours, tout le monde connaît le parcours et le vrai match commence demain (vendredi)".

L'héritière de la seule et unique championne olympique de golf, l'Américaine Margaret Abbott, sera désignée samedi à l'issue du quatrième tour.


PLONGEON

Ren Qian sacrée à 15 ans

La Chinoise Ren Qian a été sacrée championne olympique de plongeon à 15 ans, en remportant le 10 m dames, jeudi à Rio, devant une autre adolescente, sa compatriote Si Yajie (17 ans).

La Canadienne Meaghan Benfeito a pris le bronze.

Ren Qian a survolé la compétition avec un point d'excellence lors de son 3e plongeon pour totaliser 439,25 alors que Si Yajie a obtenu 419,40. Benfeito s'est classée 3e avec 389,20.

Ren Qian avait déjà attiré l'attention il y un an en décrochant l'argent aux Championnats du monde, à 14 ans.

Elle a apporté à la Chine la 6e médaille en plongeon de ces Jeux sur 7 épreuves disputées. Il s'agit de la 2e fois dans l'histoire de l'épreuve aux Jeux que deux Chinoises se retrouvent sur le podium.

Sa compatriote Si Yajie avait, elle aussi, percé très jeune. Elle n'avait que 14 ans lorsqu'elle a gagné l'or aux Mondiaux en 2013 pour sa première sélection en équipe senior.

De 10 ans son aînée, la Benfeito a enfin accroché une médaille individuelle pour ses 3e JO. En 2012 à Londres, elle avait le bronze sur l'épreuve du 10 m synchro. Quadruple médaillée mondiale en synchro, elle n'était encore jamais montée sur un podium en solo dans les grandes compétitions.