Les sportifs et les coaches recevront un total de près de 480.000 euros.

Le COIB peut pousser un "ouf" de soulagement. Il ne devra pas payer les énormes primes du Team Belgium dont les grosses prestations ont crevé le plafond. C’est le fond Baillet Latour qui se charge de reverser les primes aux sportifs. Le COIB est soulagé car jamais elles n’ont été aussi élevées. "Et de toute façon, elles n’entrent pas dans le budget initial…" précise Philippe Vander Putten, CEO du COIB.

Avec 50.000 euros par médaille d’or, 30.000 pour l’argent et 20.000 pour le bronze, ça montait très vite. Les places d’honneur étaient également récompensées avec 10.000 euros pour ceux qui ont terminé au pied du podium et 5.000 pour les finalistes, soit ceux qui ont réalisé un Top 8. Au total, dix-neuf sportifs ou équipes seront récompensés.

Des exceptions sont venues gonfler les chiffres. Les dix-neuf Red Lions, par exemple, reçoivent chacun 7.500 euros, soit un total de 142.500 euros pour les joueurs. Idem pour les relais dont la récompense de base est majorée de 10 % par athlète. Le 4x400m, par exemple, a perçu 10.000 euros, plus 60 % de cette somme car ils sont six dans l’équipe.

Le total est donc de 408.500 euros pour les sportifs.

Cette année et, contrairement à Londres, les coaches auront droit à une partie du pactole. Ils recevront l’équivalent de 25 % de la somme initialement prévue pour un résultat. Shane McLeod et son staff, par exemple, ne recevront pas 25 % des primes de l’ensemble du groupe, mais bien des 30.000 euros prévus pour une médaille d’argent.

Philippe Vander Putten précsie également ce qu’il en était des impôts. "Le revenu devra être déclaré en Belgique après qu’un impôt a été payé au Brésil. Cet impôt sera toutefois de… zéro euro. Cela pourrait toutefois avoir une influence pour des sportifs aux très gros revenus. Pour les coaches, par contre, c’est du revenu brut."

© D.R.