éclairage

Un chiffre d'abord, révélateur : les réservations estivales vers la Chine sont en baisse de 58 pc par rapport à la même période l'an dernier, d'après les données de l'Association belge des tour-opérateurs qui représente 90 pc des voyages organisés et qui, sur l'ensemble de l'année 2007, comptait 3 822 forfaits (en hausse de 31,9 pc par rapport à 2006), dont 3 067 pour l'été.

Dans ce paquet, Jetair représente le tiers des réservations, lui qui propose plusieurs formules (via les marques Jetair et surtout VTB) et plusieurs régions même si l'intérêt est surtout marqué pour Pékin et Shanghai. L'explication est simple, selon le porte-parole du groupe qui affiche la Chine à son menu depuis de longues années. "Comme toujours dans le cas de Jeux olympiques ou d'un autre événement international majeur, il y a pour l'instant très peu d'intérêt pour le pays en cause", explique-t-il. "Parce qu'à la veille des JO, on sait qu'il y a traditionnellement des chantiers partout, ce qui freine les gens maintenant... mais les stimule après les Jeux avec l'idée que les infrastructures seront meilleures que jamais à ce moment-là. Nous avons connu la même situation avec les derniers JO d'Athènes. Les touristes n'y ont pas été pendant la période en question mais cela a redémarré très vite après." Une situation somme toute "classique" qui ne surprend par les professionnels du secteur.

Chez Best Tours, qui a envoyé plus de 1 700 clients en 2007 et a son bureau à Pékin, la décision de ne pas aller dans le pays à l'époque des Jeux olympiques a été prise de longue date.

Hausses vertigineuses

Autre élément qui freine évidemment les vacanciers : les prix. Ceux des transports aériens qui ont augmenté, sans compter les surcharges pour le fuel, avec un rapport qualité-prix qui baisse pour la destination. Ceux des hôtels aussi. "Il est très difficile d'obtenir des lits. C'est une question à la fois de disponibilité et de prix", constate pour sa part le porte-parole de Thomas Cook. Or la période concernée par les Jeux est précisément la haute saison touristique pour les vacanciers belges et autres, même si le printemps et l'automne sont les plus agréables pour un séjour là-bas. "A plusieurs endroits, nous avons été confrontés à des hausses vertigineuses sans aucune garantie de disposer ensuite de l'hébergement", renchérit le porte-parole de Best Tours.

Sans compter qu'outre les Jeux olympiques, d'autres événements ont refroidi les ardeurs touristiques. La répression au Tibet, d'abord, qui avait repris mi-mars. Trois millions de personnes s'y sont rendues en 2007 et les autorités tablaient sur cinq millions cette année... Le Tibet a été rouvert aux touristes fin juin mais son accès reste subordonné à l'octroi d'un permis spécial. D'autre part, le tremblement de terre dans le Sichuan mi-mai a saccagé une province riche en sites historiques. Une centaine d'entre eux ont été endommagés, selon l'administration publique du patrimoine culturel qui estime que la reconstruction devrait prendre deux ans... Depuis la catastrophe, les hôtels et les restaurants ont fermé et il faudra des mois, voire des années, pour que les routes et les infrastructures soient à nouveau accessibles.

"Fantastique vitrine"

Pratiquement, Best Tours accuse un retard des réservations de 40 pc. "Beaucoup de Belges ont une appréhension, partagée par d'autres Européens d'ailleurs, à se rendre en Chine cette année", constate le porte-parole. "La baisse était déjà en cours avant les événements du Tibet et les incidents de parcours de la flamme olympique." Il ajoute : "Et pourtant, les touristes qui s'y sont déjà rendus cette année ont profité de la baisse d'affluence et de bons prix."

Cependant, les voyagistes sont confiants : si 2008 n'est pas une année facile pour la Chine, 2009 sera son année. "On s'attend à un boom l'année prochaine", prévoit Best Tours. "Les Jeux olympiques sont une fantastique vitrine pour une destination." De quoi poursuivre la "belle croissance" des dernières années. "Chez Jetair, ces dix dernières années, à l'exception de la crise du SRAS [ syndrome respiratoire aigu sévère, NdlR] en 2003, l'évolution a été positive", rappelle également le porte-parole. Quant à Connections, il va lancer Pékin et Shanghai en city-trip, un "package très complet avec vol, transfert et quelques nuits sur place", à l'instar de ce qu'il a fait pour Hong Kong en 2006 et Bangkok il y a une dizaine d'années.