Omnisports

Malines confirme son statut

Christian Simonart

Publié le - Mis à jour le

L'année équestre s'est clôturée en beauté, le week-end dernier, à l'occasion du 27e jumping international de Malines. Les cavaliers belges n'ont certes pas connu la même réussite qu'il y a douze mois, lorsqu'ils s'étaient hissés aux quatre premières places d'un Grand Prix Coupe du monde remporté par Dirk Demeersman, mais le "Vlaanderens Kerstjumping" a bel et bien confirmé son statut de rendez-vous incontournable.

"Comme l'année dernière, nous tournons autour des 85 000 visiteurs sur l'ensemble des cinq jours, ce qui confirme que le jumping de Malines reste une grande fête populaire", se félicite Yolande Wauters-de Changy. "Wout Van De Walle (NDLR : le président du comité d'organisation, décédé le 7 décembre) nous a beaucoup manqué mais il a fallu composer sans lui... Au final, nous avons reçu beaucoup de félicitations à l'issue de cette 27e édition."

Comme tout le monde, l'organisatrice malinoise a toutefois regretté l'absence des cavaliers belges dans le barrage de l'épreuve de la Coupe du monde, dimanche après-midi... "mais il ne fallait pas s'attendre à un scénario identique à celui de l'année dernière. Quatre Belges aux quatre premières places, c'était tout simplement trop beau ! Nous aurions évidemment préféré voir au moins un de nos cavaliers au barrage mais, même sans cela, nous avons vécu un beau Grand Prix."

Le nom du vainqueur est également de ceux qui "sonnent bien" dans le palmarès d'une épreuve aussi prestigieuse que celle du jumping de Malines. Et dire que William Whitaker - neveu de Michael et de John, ses illustres oncles - a bien failli ne pas faire le déplacement dans la cité archiépiscopale ! "C'est Ellen, sa cousine, qui était annoncée au départ mais elle n'était pas en mesure de se déplacer", raconte Yolande de Changy. "C'est le 25 décembre que la FEI nous a annoncé qu'elle était remplacée par William."

Personne ne s'en est plaint à Malines, où le talent du Britannique a sauté aux yeux du grand public. "Ce n'est pas le premier venu", confirme d'ailleurs d'emblée le chef de piste Lucien Somers, dont le parcours ne pouvait sacrer qu'un "grand" cavalier. "Il n'y a eu que cinq barragistes mais vu le nombre de cavaliers à quatre points (NdlR : au nombre de quinze !), on aurait très bien pu avoir un barrage nettement plus fourni. Beaucoup ont manqué de chance, à l'instar des participants Belges... Je retiendrai la prestation de Pieter Devos, qui a confirmé tout le bien qu'on pensait de lui. A 21 ans, il tient déjà la comparaison avec les meilleurs cavaliers mondiaux et ce, avec plusieurs chevaux."

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous