Omnisports

Malines va hennir ce week-end

Publié le - Mis à jour le

Loin des affres du club de football qui se débat pour sa survie, Malines fait pour l'instant la fête au cheval lors du plus important jumping du pays dans le très vaste Nekkerhal.

Jusqu'à lundi plus de 500 montures sont logées sur le site et soignées aux petits oignons dans des tentes chauffées à cet effet. Quand on sait qu'un cheval consomme entre 20 et 40 litres d'eau et que, sur l'ensemble du concours, Malines a besoin de 40 tonnes de paille et de 500 ballots de copeaux de bois - les chevaux les plus fragiles n'aiment en effet pas la poussière de la paille, mauvaise pour leurs poumons - on imagine aisément ce que cela doit représenter au niveau de l'intendance.

Le site Internet de l'épreuve où se mêlent allégrement jumping, dressage et les auctions nous apprend que près de 800 personnes sont à l'ouvrage dont une grande partie, évidemment dans les écuries. Celles-ci sont aujourd'hui guidées par un règlement très strict qui dépend de la catégorie du cheval. A Malines, le patron des écuries est le même qu'à Liège, à savoir Olivier Vandenabelle, secondé par Philippe Duval. Le premier nommé exerce cette fonction dans la cité archi-épiscopale depuis 1986, c'est dire s'il en connaît un bout sur la question. Ce week-end, qui fera aussi la part belle aux jeunes, ce sont plus de mille chevaux qui vont fouler le sol malinois.

La plupart de ces jeunes chevaux et poneys logent dans leur camion ce qui donne une impression de souk chevalin aux odeurs bien particulières mais quand on aime le cheval, on ne sent pas et on ne compte pas. La preuve: certaines stars ont droit à des boxes plus larges que les autres, histoire de pouvoir dormir couchés.

Rien n'est donc trop beau pour la plus noble conquête de l'homme. Ou supposée telle.

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous