La Roumaine Lidia Simon est devenue championne du monde du marathon dames, dimanche à Edmonton, devant la Japonaise Reiko Tosa et la Russe Svetlana Zakharova. Simon, 27 ans, a remporté le premier grand titre de sa carrière après ses deux médailles de bronze mondiales en 1997 et 1999, et sa deuxième place aux Jeux olympiques de Sydney l'an dernier. La course fut longtemps menée par sa compatriote Constantina Dita, qui pointait en tête à tous les intermédiaires jusqu'au 30e km. Un groupe de neuf comblait peu à peu l'écart. Tosa et Simon prenaient ensuite quelques longueurs d'avance. Leur duel se réglait à l'entrée du stade du Commonwealth à l'avantage de la Roumaine.Marleen Renders de son côté a pris la 18e place. L'athlète belge a accroché le groupe des leaders jusqu'au 25e kilomètre avant de lâcher prise. Marleen Renders a couru dans un temps assez moyen pour elle à plus de dix minutes de sa meilleure performance personnelle. Marleen Renders était la dernière athlète belge à défendre les couleurs nationales lors de cette dixième et dernière journée.

La Belgique rentre donc bredouille de ces championnats du monde à Edmonton n'ayant pas réussi à récolter une seule médaille, malgré les deux records nationaux établis lors des relais 4x100 m masculin et féminin.

Ces championnats du monde auront néanmoins été marqués par la montée en puissance des «petites» nations de l'athlétisme. Felix Sanchez et Amy Mbacke Thiam, Haïti et Saint-Kitts/Nevis... Tant de nouveaux noms et pays sont venus s'inscrire au palmarès des championnats du monde.

LE HÉROS DOMINICAIN

A l'orée de ses 24 ans, Felix Sanchez s'est propulsé au rang de héros national en République dominicaine, le pays de ses parents que ce New-Yorkais de naissance, formé à l'école universitaire américaine, a adopté en 1999 pour le placer sur la carte mondiale de l'athlétisme en gagnant l'or du 400 m haies. «Je suppose qu'on peut dire que je suis un produit du système américain mais mon sang est dominicain et l'on ne peut donc pas dire que je suis un américain en finale»

Insistait toutefois Sanchez.

C'est également sur les pistes US que Avard Moncur a aiguisé ses pointes jusqu'à offrir la médaille d'or du 400 m au Bahamas, autre île des Caraïbes qui s'illustrait habituellement grâce à ses sprinteuses et plus particulièrement le 4x100 m. Sa jeunesse (23 ans) et son immense foulée peuvent en faire le nouveau maître de la spécialité après le retrait de l'Américain Michael Johnson.

C'est à travers le bronze que Kim Collins (3e ex-aequo du 200 m) et Dudley Dorival (3e du 110 m haies), qui ont profité aussi du système universitaire américain, ont placé respectivement Saint-Kitts/ Nevis et Haïti dans le palmarès des 8e Mondiaux.

Sur le tour de piste mais cette fois sans obstacles, Amy Mbacke Thiam a réalisé une première sénégalaise. Le tout sur la base d'un travail réalisé au centre d'entraînement de Dakar, prouvant qu'il n'est pas forcément nécessaire de s'expatrier. Même chose pour Françoise Mbango Etone qui a inscrit une page historique de l'athlétisme camerounais en prenant la deuxième place du concours de triple saut avec un bond à 14 m 60.

L'avenir se construit également dans les pays à tradition athlétiques comme l'ont prouvé le géant (2,01 m) allemand Ingo Schultz (2e du 400 m) et des jeunes tels le Kenyan Richard Limo, tombeur de «Gebre» sur 10.000 m, le Suédois Christian Olsson (2e du triple saut) et la jeune cubaine Yipsi Moreno (1e du marteau). Ces Mondiaux auront également été ceux d'Ivan Pedroso. Le champion cubain a montré qu'il restait l'homme des grands rendez-vous en plantant ses pointes à 8 m 40 pour glaner son quatrième titre mondial d'affilée.

REVANCHE POUR JONES

De son côté, Marion Jones a bien digéré sa défaite du 100 m. Pour la deuxième journée de suite, elle est montée samedi sur la plus haute marche du podium. Après le succès individuel sur 200 m, elle s'est illustrée avec Chryste Gaines, Inger Miller et Kelli White pour survoler la finale du 4x100 m.

Le clan américain s'est réjoui également de l'issue du 100 m haies. Si Gail Devers n'a pu conserver son titre, elle ne fut devancée que par sa compatriote Anjanette Kirkland, la lauréate du titre mondial en salle en mars à Lisbonne. En revanche, l'Oncle Sam a tremblé pour son 4x100 m messieurs, disqualifié pour faute de Jon Drummond mais très généreusement requalifié «par esprit de fair-play», aux dépens de la Belgique, le juge estimant que la faute était due à la blessure de l'athlète. La protestation de la délégation belge contre la décision du jury d'appel de requalifier le relais 4x100 m masculin américain a donc été rejetée par les membres du jury. (BELGA)

© La Libre Belgique 2001