Les Belgian Cheetahs ne sont pas prêtes d'oublier leur première finale mondiale. Dimanche soir à Doha dans l'ultime épreuve féminine des 17es Mondiaux d'athlétisme organisés au Qatar, le relais 4X400m féminin belge a franchi la ligne d'arrivée en 6e position.

"C'était l'objectif en s'alignant en finale d'après notre analyse des séries", a confirmé Carole Bam après la course. Au fil des minutes une rumeur circule. La Jamaïque serait disqualifiée. On pense d'abord aux hommes, deuxièmes derrière les Etats-Unis, mais ce sont bien les femmes. Du coup, les Cheetahs se retrouvent 5es. Quelques minutes plus tard, c'est au tour Canada de subir la sentence du jury : disqualification. La Belgique devenait 4e mondiale. Pas pour très longtemps. Le jury réintégrait la Jamaïque à sa 3e place et les Cheetahs devaient se satisfaire de la 5e place.

"On ne va pas refuser, évidemment", se réjouissait malgré tout la coach d'un projet qui vient fêter ses 18 ... mois. Hanne Claes, Imke Vervaet, Paulien Couckuyt et Camille Laus étaient aux anges. "En plus notre temps de 3:27.15 est proche de notre record d'hier, mieux que le précédent" soulignait Camille Laus. "Nous étions venues pour nous qualifier pour Tokyo, on termine 5es mondiales, 3e nation européenne, on bat notre record national. C'est fantastique" résumait Hanne Claes, qui aura couru au total pas moins de 5 courses dans ces Mondiaux, les premiers de sa carrière. "Là je n'en peux plus", reconnaiossait-elle. "On va poursuivre dans cette voie", a ajouté Camille Laus, "pour que dans deux ans, voire l'année prochaine on puisse lutter pour le podium comme les Tornados." Les Cheetahs, 4es de l'Euro de Berlin l'an dernier, avaient réussi le 7e chrono des séries (demi-finales) au Qatar et ainsi obtenu un des deux tickets réservés aux meilleurs chronos des équipes non directement qualifiées à la place (Top 3). Claes, Vervaet, Couckuyt et Laus avaient établi à cette occasion un nouveau record de Belgique en 3:26.58. Carole Bam avait choisi de conserver la même équipe dans le même ordre. "J'ai hésité entre Manon (Depuydt) et Imke (Vervaet) pour les séries. Imke a réussi un tel chrono dans celles-ci que je ne pouvais pas la retirer, je ne voulais pas briser l'équilibre de l'équipe. J'espère que cela va convaincre Imke de s'impliquer davantage dans le 400m à l'avenir. Aller aux Jeux Olympiques cela ne se refuse pas."