Mondiaux de Berlin: Le spectre de Jesse Owens

Omnisports

(D’après AFP)

Publié le

Mondiaux de Berlin: Le spectre de Jesse Owens
© AP

Septante-trois ans après son quadruple sacre olympique en forme d’affront au régime nazi, l’Américain Jesse Owens hante le Stade olympique de Berlin où auront lieu les Championnats du monde. Il inspire aussi les athlètes américains.

Pour Tyson Gay et les autres membres de l’équipe des Etats-Unis, Jesse Owens est plus qu’un symbole puisqu’ils porteront sur leur maillot les initiales JO en hommage à Jesse Owens, vainqueur sur 100, 200, 4x100 m ainsi qu’à la longueur lors des Jeux de 1936. "A plus d’un titre, Jesse Owens est un héros pour moi et ce sera spécial de courir dans le stade où il a couru", explique Tyson Gay, dont le duel sur 100 m avec le triple champion olympique Usain Bolt est très attendu.

Organisée en marge des épreuves, dans le Parc olympique, l’exposition "Jesse Owens, une légende du sport" retrace ses exploits en 1936, mais aussi cet enthousiasme que le sprinter américain, décédé en 1980, avait suscité dans la population allemande. Le 3 août, il s’impose sur 100 m. Le lendemain, il remporte la longueur devant l’Allemand Luz Long. Le 5, il s’impose sur 200 m, puis achève sa moisson, le 9, en compagnie de ses partenaires du 4x100 m.

Comme ses exploits infligeaient un camouflet à Adolf Hitler, celui-ci aurait refusé de lui serrer la main. Les historiens ont, depuis lors, établi que le chancelier allemand avait été réprimandé la veille du premier titre d’Owens par les officiels du CIO pour avoir félicité tous les vainqueurs des épreuves du jour, sauf Cornelius Johnson, Noir américain vainqueur de la hauteur. Adolf Hitler avait, ensuite, décidé de ne plus saluer aucun vainqueur en public. Ce qui fut le cas de Jesse Owens.

Dans ses "Mémoires", Owens affirma plus tard qu’Hitler lui avait adressé un signe de la main. Dans ces Jeux de propagande, son amitié avec l’Allemand Luz Long, son adversaire malheureux à la longueur, fut passée sous silence. A l’issue du concours remporté par Owens avec un bond à 8,06 m, les deux hommes se congratulèrent et posèrent pour les nombreux photographes accourus en quête de souvenir.

Berlin n’a jamais oublié Owens qui y fut, d’ailleurs, reçu à plusieurs reprises après la Seconde Guerre mondiale. Lors d’un de ses voyages, il rencontra Kai Long, le fils unique de son ancien adversaire, décédé lors de l’invasion britannique en Sicile, en juillet 1943. Kai Long et l’une des petites-filles de Jesse Owens seront d’ailleurs au Stade olympique, le samedi 22 août, pour remettre les médailles aux trois premiers du concours de longueur, septante-trois ans après la naissance d’une improbable, mais véritable amitié. (D’après AFP)

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous