Des dizaines d'alpinistes du monde entier s'apprêtent à profiter du printemps pour partir à l'assaut de l'Everest mais Jordan Romero, 13 ans, est sans aucun doute le seul à avoir amené ses devoirs de classe.

S'il réussit son pari, l'adolescent originaire de Big Bear Lake, à 125 km à l'ouest de Los Angeles, sera le plus jeune alpiniste de l'Histoire à vaincre le plus haut sommet du monde (8.848 m), une ambition qu'il nourrit depuis qu'il a vu un poster de l'Everest à l'école lorsqu'il avait neuf ans.

"Je me sens un peu nerveux mais je suis beaucoup plus excité", a-t-il confié à l'AFP le week-end dernier dans la capitale népalaise Katmandou avant de commencer son voyage vers le camp de base de l'Everest au Tibet.

"C'est quelque chose que j'ai toujours eu envie de faire avant de mourir. Il se trouve que je le fais à cet âge là et il se trouve que ce serait un record du monde. Mais j'ai juste envie de gravir le sommet", a-t-il expliqué. Jordan a déjà escaladé, à l'âge de 10 ans, le Kilimandjaro en Tanzanie (5.895 m), et à 11 ans le Mont McKinley en Alaska (6.194 m) et l'Aconcagua en Argentine, la plus haute montagne du continent américain (6.962 m).

En partant à l'assaut de l'Everest, il espère être le plus jeune alpiniste au monde à avoir gravi les plus hauts sommets sur les sept continents.

Depuis Katmandou, lui, son père et sa belle-mère, tous deux férus d'alpinisme, vont se rendre de l'autre côté de la frontière népalaise, au Tibet, pour escalader le versant nord-est de la montagne, dans la chaîne de l'Himalaya.

Jordan s'est préparé pendant un an à cette périlleuse expédition en escaladant les montagnes de sa Californie natale, chargé d'un lourd sac-à-dos et d'une tente spécialement conçue pour simuler les effets de l'altitude. C'est jusqu'à présent un Népalais de 16 ans, Temba Tsheri, qui détient le record du plus jeune alpiniste à avoir gravi l'Everest. Le fait d'autoriser un adolescent de 13 ans à se lancer dans une aventure qui a coûté la vie à de nombreux adultes chevronnés a suscité des critiques au Népal, certains observateurs estimant qu'il est trop jeune pour évaluer les dangers.

Son père Paul, un auxiliaire médical, a exclu une ascension du sommet côté népalais, jugeant qu'il serait trop dangereux de traverser le glacier Khumbu, semé d'embûches. Mais le versant nord-est a aussi ses chausse-trappes. Des vents violents et des avalanches y sont notamment fréquents.

Jordan défend son projet en disant qu'il dispose d'une solide équipe et qu'il préférera faire demi-tour plutôt que de prendre des risques inconsidérés. Il sera accompagné par quatre sherpas. "Quand j'ai dit à mon père que je voulais faire les sept sommets (les plus hauts du monde), il a été surpris que je me sois fixé un si gros objectif. Il m'a demandé si j'étais sûr de vouloir le faire et il continue de me demander si je suis sûr", a-t-il reconnu.

"Maintenant j'essaie d'ignorer les critiques et de me concentrer sur l'Everest". Son équipe va passer plusieurs semaines à s'acclimater à l'altitude avant de se lancer à l'assaut du sommet entre le 15 et le 25 mai, la meilleure période pour gravir l'Everest. Pour l'instant, Jordan a un stock de DVD et une pile de devoirs de classe pour s'occuper. Il compte aussi écrire un carnet de bord tous les jours.

"Je dois lire des livres et faire des fiches de lecture. Et j'ai plein d'exercice d'algèbre à faire", avoue l'adolescent.