La cacophonie demeure autour du futur stade national, destiné à accueillir, entre autres, les matches des Diables rouges à Bruxelles. Pour rappel, le gouvernement bruxellois, en charge du dossier, avait mis sur la table trois options : rénover, voire reconstruire le vieillissant stade Roi Baudouin; construire une nouvelle arène sur le Parking C du Heysel (à quelques mètres du stade Roi Baudouin actuel); ou sur le site abandonné de Schaerbeek Formation, qui appartient à la SNCB.

En 2009, le gouvernement avait été clair : si la Belgique gagnait l’organisation de la Coupe du Monde en 2018, l’option Stade Roi Baudouin était la seule envisagée, les autres n’étant pas réalisables à cette échéance. Mais depuis, la Coupe du Monde est partie en Russie et le gouvernement a changé de tête : c’est désormais Rudi Vervoort qui est ministre-Président de la Région bruxelloise. Du coup, le choix du stade se porte dorénavant sur le parking C, comme l’a rappelé le ministre-Président hier. On se dirige aussi vers un stade couvert et sans piste d’athlétisme, comme l’arène de Stockholm, qui fait figure de modèle à suivre pour Bruxelles. Piste ou pas ? Le gouvernement avait décidé que ce serait sans, avant de faire légèrement marche arrière hier. "Si on nous démontre que c’est techniquement réalisable (NdlR : de réaliser une piste) dans de bonnes conditions, pourquoi pas. Nous ne sommes pas bornés", explique ainsi Rudi Vervoort. Bruxelles veut désormais accueillir la phase finale de l’euro en 2020.

Mais ce changement de cap énerve certains, comme Bertin Mampaka (CDH), ancien échevin des Sports de la Ville de Bruxelles. "Pour moi, le Heysel restait le meilleur choix. Ce scénario a été approuvé par Charles Picqué pour le Mondial 2018. S’il est bon pour 2018, pourquoi ne l’est-il plus pour 2020 ?", s’étonne le député bruxellois.

D’après Bertin Mampaka, en construisant ce nouveau stade sans piste, Bruxelles va surtout se priver de "son" Mémorial Van Damme et de ses millions de téléspectateurs. "Ce meeting est essentiel pour l’image de Bruxelles et son tourisme", poursuit le député. Wilfried Meert, l’organisateur de la compétition d’athlétisme, a confié à nos confrères de la RTBF ne "pas être du tout rassuré" par les options mises sur la table par le gouvernement bruxellois (dont l’une serait de garder le Mémorial Van Damme au stade Roi Baudouin, avant sa destruction dans dix ans). L’organisateur pourrait envisager de partir à Lille, voire dans une autre ville belge. "Ce ne sont pas les candidats qui manquent", nous explique-t-on.

Enfin, ce dossier est teinté d’une touche communautaire. Bien qu’appartenant à la Ville de Bruxelles, le Parking C est situé sur le territoire flamand (Grimbergen). D’aucuns, côté francophone, se posent ainsi des questions sur "l’opportunité" de ce choix ("quid de l’emploi des langues, ou si la Flandre devient indépendante ?", entend-on). D’autant que la tension est déjà assez vive entre Régions flamande et bruxelloise en ce qui concerne les différents projets immobiliers et commerciaux dans cette partie de la capitale.