L'objectif de Paris 1924 était de faire oublier Paris 1900... Pourtant, il s'en est fallu de peu pour que la «Ville Lumières» n'obtienne pas l'organisation de cette olympiade. Il a fallu d'abord le désistement d'Amsterdam en 1921, une campagne passionnée de Pierre de Coubertin ensuite et le déblocage de crédits exceptionnels de la part du président Millerand pour que les Jeux ne soient pas transférés à Los Angeles.

Finalement, le stade de Colombes est aménagé et le 4 mai 1924, l'athlète Georges André, vingt fois champion de France, prononçait le serment olympique.

Relents nauséabonds

Les Jeux étaient lancés mais ils ne seront pas ceux de la réconciliation. L'Allemagne n'est pas conviée et, pour s'en assurer, Raymond Poincaré, alors président du Conseil, intime l'ordre au Consulat de France en Allemagne de ne délivrer aucun visa...

Si la guerre s'est achevée six années auparavant, les relents haineux sont toujours vivaces. Ainsi, l'Italien Roberto Bertini se fend d'un salut fasciste après avoir coupé en deuxième position la ligne d'arrivée du marathon. En escrime, après qu'une touche litigieuse ait été accordée aux Français, la délégation italienne se retire de la salle d'armes en... chantant l'hymne fasciste. Ambiance.

Tennis: le divorce

Alors que le tennis est présent depuis les Jeux d'Athènes, il vit ses dernières heures olympiques. En effet, après ces Jeux de Paris, les relations entre le CIO et la Fédération internationale de Lawn-tennis, déjà tendues -les deux organismes étaient, depuis quelques années, en désaccord sur les règles de l'amateurisme du tennis- se rompent. Pour répondre à la requête de la fédération, le CIO demande alors que le tournoi de Wimbledon soit supprimé à chaque olympiade (Wimbledon se jouait une semaine avant les Jeux, beaucoup de joueurs et joueuses n'avaient pas le temps d'effectuer le voyage entre Londres et la ville organisatrice des Jeux). Crime de lèse-majesté, la Fédération internationale de Lawn-tennis juge cette proposition surréaliste et décide de ne plus vouloir participer aux Jeux olympiques. Le CIO décide alors d'exclure le tennis du giron olympique. Il faudra attendre 64 ans et l'impulsion de Philippe Chatrier pour revoir le tennis aux Jeux! Est-ce une bonne ou une mauvaise chose, le débat reste ouvert.

A star is born

Il mesure 190 centimètres (ce qui en fait quasiment un géant à l'époque) et pèse 86 kilos. Ce nageur américain se nomme Johnny Weissmuller et il remporte deux médailles d'or en natation au cours du seul 20 juillet. Le même jour, il avait encore remporté une médaille de bronze en water-polo. Plus tard, il devint à Hollywood le Tarzan le plus connu du cinéma dans douze films.

Mais cela, c'est une autre histoire.

© La Libre Belgique 2004