Ce premier Grand Prix de la saison de F 3000 n'aura décidément pas souri aux favoris.

Auteur du meilleur départ depuis la première ligne, le Tchèque Tomas Enge semblait s'envoler irrésistiblement vers un succès facilité par la crevaison de Sébastien Bourdais (Super Nova), obligeant le poleman à repasser par les stands au 9e tour. Mais coup de théâtre, alors qu'il ne voyait plus personne dans ses rétroviseurs, l'ex-pilote Prost Grand Prix était contraint de ranger sa monoplace du team Arden Russia en bord de piste à cinq tours de l'arrivée. Un malheur mécanique faisant le bonheur du public local fêtant dès lors un historique quadruplé, l'inattendu Rodrigo Sperafico (Durango) devançant de moins d'une seconde son compatriote Haberfeld (pilote de l'écurie belge Astromega) et deux autres Brésiliens, Mauricio et Pizzonia.

Mais tandis que les tribunes dansaient la samba, David Saelens avait déjà, lui, ôté depuis longtemps une combinaison pas vraiment gagnante. On a comme prévu payé notre manque d'essais hivernaux. Dès la fin de la première qualification, le différentiel a lâché, regrettait le seul Belge encore engagé dans la discipline. Le genre de chose qui arrive avec une monoplace neuve. On a réparé, mais le lendemain, après20 tours de course, la transmission a de nouveau cédé. Dommage, car j'avais pris un bon départ. Après quelques boucles, je pointais en 8 e position. Et compte tenu de la suite des événements, j'aurais pu marquer un point. Ce sera pour la prochaine fois.

À Imola dans dix jours, même si le team Junior Minardi, pas vraiment au top, n'aura encore eu le temps de procéder à aucun essai. Aujourd'hui, je suis assuré de disputer les cinq premières manches, confirme Saelens qui pilotera encore la Minardi biplace cette semaine en Autriche. Après on verra. Je ne continuerai que si je suis bien au championnat. Si le team résorbe son retard. Car je ne suis pas motivé à l'idée de me battre pour une 15 e place. Et puis, je pourrais être appelé à d'autres fonctions dès que l'équipe d'essaisF 1 sera opérationnelle.

Un discours déjà entendu l'an dernier, mais ne débouchant malheureusement sur rien de concret.

© La Libre Belgique 2002