Pas de répit dans ces Jeux ! Pas le temps de savourer un exploit ! A l'heure où vous lirez ces lignes, les "Diablotins" auront déjà quitté Shanghai et seront arrivés à Pékin. Ils ont pris leurs nouveaux quartiers au Village olympique ! Une grande découverte pour tous... et un grand changement. Habitués à vivre en vase clos, dans leur cocon, les footballeurs vont désormais vivre "en athlètes", sans traitement de faveur. Un dépaysement total que nos joueurs devront vite digérer, car le match de l'Italie, c'est déjà samedi.

"Ce sera en effet une nouvelle manière de vivre, mais un grand honneur aussi", confie le capitaine, Maarten Martens. "Nous avons toujours dit que notre objectif était de vivre à Pékin, car cela signifait que nous avons été loin dans ce tournoi. Ce sera une expérience fabuleuse pour nous tous. Mais, en même temps, nous ne pouvons pas perdre notre concentration. Car nous avons encore des objectifs à atteindre. Notre tournoi est réussi, mais pas fini..."

Le temps d'adaptation au Village devra en effet être le plus court possible.

"Une belle expérience"

Présent à Shanghai pour supporter les footballeurs et saluer la forte colonie belge qui vit dans le plus grand port du monde, Philippe Rogge, le chef de notre délégation olympique à Pékin, a rassuré l'équipe.

"Vivre au village fait partie de l'expérience que les athlètes, tous sports confondus, doivent emmagasiner durant les Jeux. Nous ne devrons pas trouver de la place dans nos chambres pour accueillir les footballeurs. L'organisation a prévu des bâtiments vides destinés à accueillir les équipes appelées à jouer des matches dans la capitale. Ils se trouvent dans le Football Precinct, un peu plus bas que les chambres des autres sélectionnés belges..."

Ce total dépaysement inquiète quelque peu le staff, mais l'expérience vaut la peine d'être vécue, avant, espérons-le, un retour à Shanghai pour la demi-finale.

"C'est la continuation d'une belle histoire", sourit Faris Haroun, le buteur. "On va enfin vivre les Jeux de l'intérieur. Il faudra emmagasiner les images et faire le plein de souvenirs. Nous en aurons des choses à raconter à nos petits-enfants..."

Et si ces souvenirs peuvent être accompagnés d'une médaille, de n'importe quel métal, ce sera encore mieux...

© La Libre Belgique 2008