Philippe Saive tire sa révérence
© BELGA

Omnisports

Philippe Saive tire sa révérence

Philippe Lacourt

Publié le - Mis à jour le

Je suis surpris par la masse des réactions à mon annonce. Il faut donc croire que j'ai quand même représenté quelque chose dans le monde sportif belge."

Philippe Saive n'en dira pas plus sur la profondeur de son émotion. Il réserve ce plaisir-là à ses vrais amis. Tous ceux qui ont vu venir depuis quelques mois cet adieu à la compétition que le cadet des frères a donc officialisé hier. "C'est la fin d'un cycle. J'ai près de 38 ans, des activités professionnelles qui m'accaparent et un corps qui, parfois, crie grâce."

Alors, il a pris la seule décision qui s'imposait : déposer son sac de sport après y avoir enfoui tous ses souvenirs. "Qui, tous, sont des moments de bonheur. En fait je n'ai qu'un seul regret : n'avoir pas gagné la Ligue des Champions avec La Villette aux côtés de mon frère."

Son frère. Le mot est lâché. Ce Jean-Michel qui lui a ouvert tant de portes mais aussi fait de l'ombre. "Sans "Jean-Mi" , il est évident que j'aurais été plus respecté comme joueur. Mais j'aurais aussi été moins connu. Et puis si "Jean-Mi" n'avait pas été là, jamais je n'aurais pu goûter à ces triomphes sportifs sur la scène mondiale. Vous pouvez me croire, l'aura de "Jean-Mi" n'a pas été un frein, bien au contraire. Mais ce qui est amusant à avouer, c'est que s'il n'avait pas existé, je passerais aujourd'hui pour le plus grand pongiste belge de l'histoire. Qu'importe, car au fond de moi j'ai cette certitude : je n'étais pas que le frère de..."

Garçon attachant, Philippe Saive était surtout un joueur doué. Plus doué même que son aîné. N'a-t-il pas battu en 25 occasions, sur 27 affrontements, un adversaire quand ce dernier était classé numéro 1 mondial ? Des exploits signés à l'occasion de championnats réservés aux équipes. "J'aurais en effet pu aller encore plus haut si j'avais su reproduire, dans les tournois individuels, le dépassement de soi que j'affichais en épreuves par équipe. Mais je suis tout sauf un égoïste. Et puis, surtout, j'ai toujours manqué de constance dans la concentration. Mes sautes de concentration se sont souvent révélées préjudiciables à mes résultats..."

Qui restent, néanmoins, exemplaires comme vous pouvez le découvrir ci-contre. Alors bonne route à "Philou" dans cette nouvelle vie qui va le voir troquer le short pour le costume trois pièces...

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous