ÉCLAIRAGE

Sixième et traditionnelle dernière manche du championnat de Belgique des rallyes de D 1, le Rallye du Condroz reste avant tout une grande fête. Quel que soit le temps ou le plateau, le public y répond toujours présent en masse. Ce samedi, le rallye démarre à 9h, avec une première spéciale passant par le château de Goesnes prévue à 9h28. C'est à l'issue de ce tronçon qu'on connaîtra une première hiérarchie, que tout le monde voit archi-dominée par Bruno Thiry. Vainqueur des deux dernières éditions en Toyota et en Skoda après un premier succès en 1998 au volant d'une Subaru, le Liégeois disposera cette fois de l'arme absolue: la Peugeot 206 WRC avec laquelle il s'est déjà imposé en surclassement cette année à Ypres et a terminé 5e en Allemagne d'une manche du championnat du monde. Autant dire qu'en l'absence de vedettes étrangères ou de pointures belges du calibre de Freddy Loix, de François Duval, de Grégoire de Mevius ou de Renaud Verreydt, `Moustic´ risque fort, sauf accident ou incident mécanique, de traverser cette manche en solitaire. A moins que son équipier hutois Stéphane Prévot ne mette ce samedi matin à exécution son plan secret pour relancer le suspense et obliger son pilote à se cracher dans les mains.

Les huit victoires de Snijers

Heureusement pour l'intérêt sportif de l'épreuve, derrière, les luttes pour le podium et les différentes catégories s'annoncent nettement plus serrées. Sans tenir compte du Hollandais Wevers (Toyota Corolla WRC) et du spectaculaire mais peu efficace vétéran russe Lesnikov, ils sont six à prétendre aux deux plus petites marches du podium final. A commencer par les Corolla WRC Future World des deux derniers champions de Belgique, Pieter Tsjoen (2001) et le Hollandais Rocco Theunissen (2000 et 2002), toutefois moins à l'aise sur ce terrain truffé de pièges que dans le Westhoek. Trois pilotes Subaru visent également le

`Top 3´ : Patrick Snijers, recordman de victoires à Huy (8), aux commandes de l'Impreza WRC 99 de First dotée d'un tout nouveau moteur, mais aussi Bernard Munster sur une Groupe A rachetée à First (celle avec laquelle Snijers a gagné Bocholt cette année) et Joost Boxoen avec son habituelle WRC, elle aussi propulsée par un nouveau moulin. Enfin, après des débuts écourtés en WRC à Spa, David Sterckx est de retour aux commandes d'une spectaculaire Skoda Octavia WRC Evo 2 ex-usine. Pour faire la transition entre les neuf WRC et les meilleures Groupe N et Super 1600 dont nous vous parlons par ailleurs, on pourra encore compter sur les mini Groupe A de Van Parijs (Mitsubishi), de Béco (Subaru), de Bodson (Audi S 2), du Luxembourgeois Gengler (Mitsubishi) ou du Tchèque Milan (Celica GT-Four).

© Les Sports 2002