Connu de tous mais... méconnu de chacun. Voilà le paradoxe auquel est aujourd'hui confronté le polo, du moins en Belgique...

Véritable institution en Argentine, d'où sont issus les meilleurs joueurs (dont Adolpho Cambiasso) et les meilleurs chevaux (les Criollos), ainsi - notamment - qu'en Grande-Bretagne où le Prince Charles a toujours considéré le polo comme l'unique extravagance de sa vie, le "sport des rois" n'a jamais connu le même engouement dans notre pays et ce, malgré une participation aux Jeux olympiques d'Anvers en 1920 et diverses initiatives de promotion.

Hipwood sur nos pelouses

"En tant que joueur, je fais une constatation très simple. En 1988, lorsque j'ai commencé le polo, j'étais le plus jeune joueur en Belgique. Aujourd'hui, près de 20 ans plus tard, c'est toujours le cas !" Le constat de David Agie de Selsaeten (32 ans) est sans appel : le polo figure depuis de trop longues années dans une impasse. Véritable amoureux de ce "sport exceptionnel", de ses traditions et de l'art de vivre qui en découle, notre meilleur joueur (handicap 2) tente aujourd'hui à travers la société Palmares de promouvoir le polo en Belgique, en compagnie de Jean-François Devillers et de Patrick Huppertz.

De leur association est née une première réalisation médiatique, le Jaeger-LeCoultre Belgian Polo Masters, un tournoi dont la première édition se déroulera ce week-end, samedi et dimanche, au domaine de Nottebohm, à Brecht. "Le tournoi représente une vitrine. L'objectif est de faire découvrir le polo et de le développer en Belgique où un renouvellement est plus que nécessaire", souligne David Agie de Selsaeten. "Notre tournoi est un peu différent par rapport à ce qui se fait ailleurs dans le monde. Nous attachons effectivement beaucoup d'importance au côté éducationnel. Un commentateur décortiquera le jeu pour les spectateurs qui auront en outre la possibilité de taper la balle. Nous avons d'autres projets pour le futur. Je pars du principe de dire que nous commençons "petits" et que nous allons grandir. L'aspect découverte devra notamment être développé à l'avenir..."

Concrètement, ce week-end, le tournoi opposera quatre équipes internationales constituées de joueurs amateurs belges ainsi que de professionnels argentins, uruguayens, français et anglais dont le mythique Howard Hipwood (handicap 5, ex-handicap 9), le meilleur joueur du tournoi.

"L'handicap est la définition de l'habilité de chaque joueur à gérer plusieurs aspects. La compréhension des règles et du jeu, l'aptitude à monter à cheval et l'habilité à taper dans la balle. Dans le monde, 85 pour cent des joueurs possèdent un handicap qui va de -2 à +1 et seuls 200 joueurs possèdent un handicap supérieur à 7."

Chez nous, David Agie de Selsaeten possède le meilleur handicap mais espère être rejoint rapidement. Pour le bien du polo en Belgique...