© BELGA / Virginie Dufour

Omnisports

Reine des plages cherche Roi des labourés

Publié le - Mis à jour le

Les athlètes kenyans devraient une nouvelle fois être les hommes à battre lors des Championnats du monde de cross-country, ce week-end, au bord de la mer du Nord à Ostende, malgré l'absence de leur chef de file Paul Tergat, quintuple lauréat, qui se consacre désormais au marathon.

Les Kenyans, emmenés par Patrick Ivuti, vice-champion du monde 1999, et par Charles Kamathi, actuellement en tête du classement mondial établi par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), se méfieront toutefois de notre compatriote Mohammed Mourhit, champion en titre.

Ce dernier aura l'occasion de courir devant ses supporters: le mondial, qui devait initialement se dérouler en Irlande, à Dublin, a été déplacé en Belgique suite à l'épizootie de fièvre aphteuse frappant surtout les îles britanniques.

Sur les 12 kilomètres du parcours très lourd de l'hippodrome Wellington d'Ostende, Mourhit devrait être l'un des principaux adversaires de l'armada kenyane composée en sus de Kamathi et Ivuti, de redoutables machines à gagner que sont Paul Kosgei, John Kogir, Enock Mitei ou Richard Limo.«Momo», qui s'est préparé en salle il s'est notamment classé 2e du mondial à Lisbonne sur 3.000 m derrière le Marocain Hicham El Guerrouj et ces derniers jours sous le soleil du Maroc, apparaît comme le principal opposant des coureurs des hauts plateaux.

KENYANES ET ÉTHIOPIENNES

Le champion d'Europe 2000, Paulo Guerra, devrait aussi être l'un des hommes en vue de ce mondial. Le Portugais a des ambitions, tout comme l'Ukrainien Sergey Lebed, son dauphin au sommet européen de Malmoe en décembre dernier.

C'est le cas également du Français Driss El Himer, champion d'Europe par équipes et récent (et impressionnant) champion de France. Homme en forme, El Himer s'est promis de briller au bord de la mer du Nord.

Chez les dames, toujours en cross long, en l'absence de la tenante du titre éthiopienne Derartu Tulu, sa compatriote Gete Wami (vainqueur en 1996 et 1999) emmènera une très forte sélection éthiopienne.

Ethiopiennes mais aussi Kenyanes devraient faire la course en tête même si la météo pourrait avantager la Britannique Paula Radcliffe, 5e

l'an dernier et souvent très inspirée sur terrain gras.L'Ethiopienne Kutre Dulecha, tenante du titre, est annoncée en forme et sera la favorite de l'épreuve courte chez les femmes alors que chez les hommes, c'est le Kenyan John Kibowem qui partira avec l'étiquette de favori.

Double champion du monde (1998 et 2000), ce dernier devra notamment se méfier de ses compatriotes Benjamin Limo et Sammy Kipketer.

SATISFACTION

Si tout se présente bien pour ce week-end, c'est grâce à la rapidité de réaction de la Fédération belge d'athlétisme.

«Je suis particulièrement étonné par la rapidité avec laquelle la Fédération belge a réussi à mettre sur pied une organisation de qualité pour ces Championnats du monde», a expliqué Lamin Diack, président de l'IAAF, la fédération internationale. Le défi n'était pas facile à réaliser et j'espère que tout se déroulera bien».

Mais tout n'est pas définitivement réglé. La météo, par exemple, pose beaucoup de problèmes aux organisateurs.

«Toutes les tentes qui devaient permettre aux athlètes de se changer se sont envolées à cause du vent. De plus, le parcours est quasiment inondé après les intempéries de la dernière nuit», a expliqué Wilfried Meert, secrétaire général de la Ligue royale belge d'athlétisme (LRBA).

«S'il continue à pleuvoir les deux prochains jours, il faudra faire appel aux pompiers pour pomper l'eau du parcours mais surtout il nous faudra des tonnes de sable», a ajouté Meert. (AFP et BELGA)

© La Libre Belgique 2001

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous